Recherchez

Le Sire de Vergy (Critique)

Le samedi 9 janvier 2016 à 7 h 34 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Grand Théâtre, place du Ralliement, Angers
Dates : Du 31 décembre 2015 au 3 janvier 2016
Horaires : jeudi 19 h, samedi 20 h, dimanche 15 h 30
Tarifs : Tarifs : de 16 à 45 euros
Informations supplémentaires : 02 41 24 16 40

le-sire-de-vergyLe Sire de Vergy, Opéra-Bouffe en 3 actes

Livret de Gaston-Arman de Caillavet et Robert de Flers

Musique de Claude Terrasse

Mise en scène : Jocelyn Riche
Chef de choeur : Christian Foulonneau
Choeur et Orchestre de L’Atelier Lyrique Angevin
Direction musicale : Nicolas Bercet

Le Sire de Vergy : Charles MESRINE
Gabrielle de Vergy : Valeria ALTAVER
Le Sire de Coucy : Mickaël CHARTOIS
Le Baron de Millepertuis : Nicolas DROUET
Yolande de Millepertuis : Amélie ROBINS
La Princesse Mitzy : Delphine CADET
Coco : Michel COURCHÉ
Macach : Guillaume NOZACH
Alcofribas : Francisco GIL
Fridolin : Sonia SKOURI
Landry : Bernard JANIN
Le Comte Maxime : Matthieu BOUTIER
Maguelonne : Corinne PASQUIER
Gillette : Marie-Laure CHANET
Alix : Bénédicte Legrand
Isabeau : Sophie Rochepault
Yseut : Carole Riche-Moron
Viviane : Hélène Leduc

Résumé : Pour cette fin d’année, l’Atelier Lyrique Angevin vous invite à suivre les aventures domestiques et héroïques du Sire de Vergy dans un opéra-bouffe délirant composé par Claude Terrasse, véritable successeur de Jacques Offenbach au début du XXe siècle ! Authentique chef-d’oeuvre théâtral, mêlant lyrisme, passion mais aussi et surtout situations comiques et quiproquos, habillé d’une musique d’une rare élégance écrite par un compositeur à la croisée des arts au début du siècle dernier (il était le beau-frère du peintre Bonnard, et proche des grands auteurs Alfred Jarry, Georges Courteline entre autres), cette rareté sera donnée pour la première fois à Angers plus d’un siècle après sa création parisienne en 1903 ! Immense succès lors de sa création, l’oeuvre comptait parmi ses inconditionnels un certain Marcel Proust qui écrivit en sortant d’une représentation: «J’applaudissais si fort que j’ai failli trois fois donner, sans le vouloir, des claques à mon voisin.»

Notre avis : La programmation audacieuse de l’Atelier Lyrique Angevin alterne au fil des saisons des œuvres très connues du répertoire de l’opéra-bouffe avec de véritables raretés. Après avoir fêté son 10ème anniversaire la saison dernière avec une pièce aussi populaire que La Belle Hélène d’Offenbach, l’ALA a choisi cette année de faire découvrir Le Sire de Vergy de Claude Terrasse.
Le livret de Gaston-Arman de Caillavet et Robert de Flers s’inspire de la légende médiévale de Gabrielle de Vergy qui mangea sans le savoir le cœur de son amant, le sire de Coucy, présenté comme un met délicat par son mari. Détournant cette tragédie en farce, les librettistes dessinent un couple (la femme et l’amant) profitant sans scrupule de l’extrême naïveté du mari pour donner libre cours à son amour. Le succès du spectacle repose essentiellement sur la qualité de ce trio et ici, la distribution est idéale. Chacun interprète son personnage avec beaucoup de vérité, à commencer par Charles Mesrine dans le rôle titre, très à l’aise vocalement qui assure avec précision tous les effets comiques de son personnage dont la naïveté confine à la bêtise sans jamais se départir d’une réelle sincérité qui le rend par moments très touchant. Avec Valeria Altaver (Gabrielle de Vergy) et Mickaël Chartois (le sire de Coucy) ils forment un trio exceptionnel digne des meilleures pièces de boulevard, leur complicité est palpable. Ils sont entourés d’une galerie de personnages plus fantasques les uns que les autres qui sont tous remarquablement interprétés. Les répliques fusent et les airs s’enchainent sans temps mort.
De cette partition dirigée par le talentueux chef Nicolas Bercet on retiendra surtout deux très beaux duos : la prière et la légende du cœur magnifiquement interprétés le premier par Valeria Altaver et Amélie Robins (Yolande de Millepertuis) et le second par Charles Mesrine et Mickaël Chartois. On saluera également la très belle prestation vocale de Sonia Skouri dans le rôle travesti de Fridolin.

Articles liés :

La Périchole - Le Pérou de la Périchole
La vie parisienne - On va s'en fourrer jusque là !
La belle Hélène
La Périchole
Le Pont des Soupirs (critique)
Le Docteur Miracle (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , ,

Laisser un commentaire