Recherchez

Liza Michael

Le jeudi 1 mai 2008 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Divers, Portraits

Liza Michael ©DR

Liza Michael ©DR

Liza sera à l’affiche de la grande exposition musicale DIVA au Théâtre de l’Epée de Bois. Elle jouera dans Créatures (1 et 2 juin) et avec son groupe Hot Couture (7 juin).

Nom : Michael

Prénom : Liza

Date de naissance [NDLR : année facultative mais ce serait bien si vous la mettiez] : 14 mai du siècle dernier – ça va faire  » genre  » mais, mon seul problème avec l’âge, c’est les autres : ça a l’air de les perturber beaucoup quand je l’annonce, donc…
Depuis que j’ai 25 ans, j’ai décidé que j’aurais l’âge qu’on me donnerait ! Emotionnellement, j’ai entre 6 et 13 ans, mentalement j’ai bien peur d’être proche des 80 ans.

J’adore : Apprendre ! Les premières fleurs et feuilles sur les arbres au printemps ! Le théâtre américain, les points de vue étayés (dans l’art comme dans la vie, qu’on soit d’accord ou pas), les oshinko maki, la simplicité (même si c’est difficile à pratiquer), les chevaux, Neil Labute, les silences, Bambi, les doutes que je trouve plus intéressants que nos certitudes, Six Feet Under (je ne m’en suis toujours pas remise, quel talent, cet Alan Ball), Noël, mon métier ! On peut s’adresser à autrui : énorme ! Et de plus en plus, j’adorerais mettre en scène.

Je déteste : Sans citer de noms… : le manque d’empathie. Le bleu marine porté avec du noir, le manque de réflexion par peur d’affronter les choses pour ce qu’elles sont, le boudin (j’ai malencontreusement assisté à la saignée d’un cochon quand j’étais petite…), l’inattention, qu’on me bouscule sans s’excuser, le nivellement (par le bas comme par le haut : j’aime les différences !), les gens en groupe, le schnaps qu’on aurait mis dans une bouteille d’eau minérale en oubliant de mettre une étiquette ! Les magazines féminins, me démêler les cheveux, les sans opinion et les éternels  » ravis  » (oh la… je ne manquerais pas un peu d’empathie à leur encontre, là !?), le manque de temps, les jeux de hasard, la résignation, Sarkozy.

Ma couleur préférée : Le bleu turquoise. Même si je m’habille souvent en noir, c’est turquoise dans ma tête.

Mon péché mignon : La tarte aux quetsches et le halwa.

L’autre métier que j’aurais pu faire : Paysagiste, prof, assistante de quelqu’un de passionné.

La chose que j’emporterais sur une île déserte : Un bateau.

Mon pire cauchemar : Ne pas pouvoir aider les gens que j’aime.

Sucré ou salé ? Sucré ! C’est la cata…

En ce moment, j’écoute : Cassius, The Bodyrockers, Chet Baker : « My Funny Valentine », Mahler : « Ich bin der Welt abhanden gekommen », Quincy Jones jazz ou funk, respect ! L’album jazz de Rachelle Ferrell, la B.O de Spring Awakening. Les patchworks musicaux que l’on fait avec Hot Couture : je m’y fais pas que ça marche tout ensemble, ça m’éclate, je suis comme une gosse !

En ce moment, je lis : Three Tall Women d’Edward Albee, Psychologie de Masse du Fascisme de Wilhelm Reich (très intéressant, alors je m’accroche…), La Doctrine des Bonnes Intentions de Noam Chomsky.

Mon idole quand j’avais dix ans était : Ma maman.

Mon idole aujourd’hui est : Sean Penn, Benicio del Toro, Bill Hicks, Noam Chomsky, mes amis.

Ma comédie musicale préférée : Celle où le jeu d’acteur ne sera pas la trentième roue du carosse. Les Fosse-ennes avec un vrai propos presque brechtien : Chicago, Cabaret.
Quelqu’un m’a parlé avec passion et émotion de Follies, je ne l’ai pas vu mais l’évocation qu’on m’en a faite m’a plus que touchée, mais j’ai bien peur de ne jamais avoir la chance de voir ce spectacle.

Le rôle que je rêve d’interpréter : Mme de Merteuil (bon, c’est pas gagné…).

La personne avec qui je rêve de travailler : Ivo Van Hove, George C. Wolfe, Didier Van Cauwelaert (j’adore Noces de Sable !), Jef Castaing (encore et toujours, you’re simply the best !).

Trois adjectifs qui me décrivent : Bosseuse, passionnée,  » multi-tâcheronne rebondissante « .

Question posée par la précédente victime de Ze interrogatoire, Orlando Louis : Est-ce qu’il est mieux d’aimer ou d’être aimé ? : Être aimé est vital, c’est un terreau pour développer l’envie de vivre. Un bébé qui serait totalement privé de marques d’affection pourrait en mourir. Je crois qu’il faut avoir été aimé pour pouvoir aimer, il faut y avoir goûté pour pouvoir ensuite le partager en aimant à son tour. Certains m’ont bien gâtée : merci, merci, merci!

La question que je pose à la prochaine victime de ze interrogatoire : Qu’est-ce qui vous manque le plus dans les comédies musicales en ce moment ? (en dehors du fait d’y être casté ou pas…).

Ma devise : Toujours revenir sur son écheveau : le « talent » c’est comme une relation amoureuse, ça s’entretient !

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags :

2 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. j’aimerai faire ample connaissance avec liza michael car elle est mon idole depuis tres petite
    je serai tres emue de correspondre avec elle et partagee ces moments de joie et de detresse si elle en a bien entendu car à la voir elle semble etre joyeuse mais en manque de quelque chose je ne sais pas mais à la lire je pense qu’on a beaucoup de chose en commun

  2. Bonjour Bintou,

    Désolée de répondre si tardivement.
    Très touchée de ce message.
    Je vous invite à me contacter via facebook: http://www.facebook.com/liza.michael
    A bientôt et merci d’avoir pris la peine d’écrire ces quelques mots dont la résonance est fort profonde!
    Au plaisir,

    -Liza-

Laisser un commentaire