Recherchez

L’œuf à voiles (Critique)

Le vendredi 1 avril 2016 à 7 h 04 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Théâtre Saint Léon - 11 place du Cardinal Amette - 75015 Paris.
Dates : Du 29 mars 2016 au 03 avril 2016.
Horaires : Du mardi au samedi à 20h30. Le samedi et dimanche à 15h30.
Tarifs : 18 €.
Informations supplémentaires : 01 53 69 60 10.

oeuf-a-voilesOpérette loufoque de Guy Lafarge & Pierre-Henri Cami.
Avec : Jean-Marc Abergel, Nicolas Aubagnac, Stéphane Auduc, Bérangère de Barmon, Martin Boullet, Jenny Bourrhis, Anne-Sophie Cantreau, Daniella Dobiche, Paul-Henri Ducrot, Caroline Duliège, Lorena Foliot, Estelle Gombaud, Christine Huber, Agnès Koenigswarter, Tanguy de la Mairieu, Claire Mangin, Jaroslava Marek, Christophe Noirot-Nérin, Sophie Palitzyne, Faustine Ponsan, Tristan Poirier, Jean-Sébastien Règue, Jean-Christophe Rollet, Damien Thiebault & Bénédicte Vallançon.

Résumé : Menacé par l’insatiable assiduité de sa femme et des huissiers, Christophe Colomb décide de partir pour l’Amérique. Seul problème, elle n’existe pas encore… Qu’à cela ne tienne ! Il recrute un équipage digne du Bounty (sans le goût de paradis), astique la coque de son oeuf (à voiles), et quitte les côtes (c’est sa tactique).

Notre avis : Les Palétuviens sont une troupe d’amateurs qui depuis dix ans mettent tout leur enthousiasme et leur talent au service d’œuvres méconnues du répertoire de l’opérette française afin de les faire découvrir au public. Cette année, ils ont choisi de monter L’œuf à voiles. Composé par Guy Lafarge sur un livret de Cami en 1934, cette rareté ne vit le jour qu’en 1977 à l’Opéra de Nantes et ne connut que très peu de reprises de sa création à nos jours.

Dans cette production, la scénographie est très réussie et l’investissement des comédiens est évident. Si la mise en scène accuse des problèmes de rythme récurrents, surtout visibles dans la seconde partie du spectacle, elle fait ce qu’elle peut avec un livret d’une faiblesse évidente dont le peu d’originalité se perd au fil des actes. Le principal intérêt de cette œuvre réside dans sa partition qui dévoile de très jolies mélodies. L’air de Malagaga « L’idiot moins le quart », interprété par Christophe Noirot-Nérin est particulièrement drôle. La distribution est cohérente et chacun tient son rôle avec conviction. On remarquera surtout les prestations de Nicolas Aubagnac (Yves Pimpol) et d’Estelle Gombaud (Colomba) qui font preuves de belles qualités théâtrales et vocales.

 

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags :

Laisser un commentaire