Recherchez

Londres – Bat Out Of Hell The Musical (Critique)

Le mercredi 26 juillet 2017 à 18 h 58 min | Par | Rubrique : Critique, International, Londres

Une adaptation extravagante de l’album rock de Meat Loaf fait sensation à Londres, avant de partir à la conquête du Canada à l’automne prochain.

Lieu : London Coliseum
Dates : Du 5 Juin au 22 Août 2017
Horaires : 19h30 du lundi au samedi, matinées à 14h30 le jeudi et le samedi
Tarifs : de 65 £ à 175 £ sur le site officiel, TodayTix propose souvent des tarifs réduits
Informations supplémentaires : Cliquez sur le lien en fin d'article pour obtenir plus d'informations concernant la production canadienne.

De Jim Steinman (musique, paroles et livret)
Avec Andrew Polec, Christina Bennington, Rob Fowler, Sharon Sexton, Aran Macrae, Danielle Steers, Dom Hartley-Harris, Giovanni Spanó, Patrick Sullivan.

Résumé : Dans un futur dystopique, sur un fond de rebellion et jeunesse en colère, Frat (un jeune adulte mutant qui ne vieillit pas) tombe amoureux de Raven, la fille adorée d’un entrepreneur odieux à la tête de la ville. Vont-ils pouvoir s’aimer malgré tout ce qui les sépare ?

Notre avis : En arrivant devant le London Coliseum, théâtre accueillant à demeure la compagnie d’opéra nationale anglaise, l’affiche de Bat Out Of Hell est… déconcertante. Le bâtiment est très cossu, et surtout connu pour avoir à l’affiche des classiques comme Casse-Noisette, Aida, ou Le Mariage de Figaro (tous prévus sur la saison 2017-2018). Donc forcément, cette moto en feu au look très “eighties” détonne.

Bat Out Of Hell est avant tout un album de Meat Loaf, datant de 1977, et vendu à plus de 43 millions d’exemplaires dans le monde. Après quatre décades pendant lesquelles plusieurs projets ont été abordés, Jim Steinman (auteur notamment du Bal des Vampires) et Meat Loaf ont fini par s’accorder sur le meilleur hommage possible pour cet album mythique : une adaptation sur scène. Nous voici donc en 2017, et après quelques semaines de rodage à Manchester, Bat Out Of Hell a fait sa première mondiale à Londres en juin dernier. Le spectacle utilise donc la plupart des chansons de l’album original, mais également des deux suites sorties en 1993 et 2006. Et finalement, Bat Out Of Hell pâtit du principal défaut des spectacles de type “juke-box” : un livret très faible. On sent la peine qu’a eue Steinman à faire que tout ceci ait un sens.

Dans un futur dystopique, sur un fond de rebellion et jeunesse en colère, Frat (un jeune adulte mutant qui ne vieillit pas) tombe amoureux de Raven, la fille adorée d’un entrepreneur odieux à la tête de la ville. A mi-chemin entre Mad Max et Roméo et Juliette, on ne peut pas dire que cela réinvente le genre. Du coup, l’accent est sur la mise en scène : décor spectaculaire (encore une fois, surtout pour une salle comme le Coliseum) occupant l’espace en trois dimensions, pyrotechnie, usage d’écrans et de caméras en direct, il y a quelques idées plutôt drôles (notamment une moto qui tombe dans la fosse des musiciens, qui montrent leur mécontentement) et on ne peut pas nier que le résultat est très divertissant. Si le fil conducteur est quasi-inexistant, certains tableaux pris un à un sont excellents ; quelques chansons sont des tubes, et la troupe a une ré-interprétation très fraîche et moderne malgré l’ambiance 80’s. Et au final, ils arrivent à échapper à la comparaison (pourtant assez présente en tête en début de spectacle) avec l’ambiance ringarde de We Will Rock You, qui avait tout de même tenu douze ans dans le West End, sans que l’on sache trop comment.

Le cast est impeccable, des deux jeunes premiers, aux parents, ainsi que les personnages secondaires. Les voix sont solides (il le faut, la partition est très rock), les gestes sont précis. La musique est forte, aussi, ce qui a clairement surpris certains spectateurs — les baffles sont à plein volume et par moment on se croit plus à un concert que dans un théâtre. La chorégraphie est parfois un petit peu répétitive, et vu la scénographie on en attendait plus, mais l’énergie de la troupe nous fait vite oublier cela. En conclusion, Bat Out Of Hell est à part dans le paysage actuel du West End. Sans être une œuvre d’exception, le concept est intéressant et le talent sur scène est indéniable. A voir, pour les curieux et les fans de rock opéra mais si vous êtes plus Rodgers et Hammerstein que le Rocky Horror Picture Show, passez peut être votre chemin. La dernière à Londres sera le 22 Août prochain, et la troupe ira ensuite s’installer à Toronto pour tout l’Automne. Pour 2018, mystère, mais il n’est pas impossible que la production itinérante continue son chemin et vienne poser ses valises ailleurs.

Pour plus d’information concernant la production canadienne, cliquez ici.

SaveSave

SaveSave

Articles liés :

Encore un tour de pédalos (Critique)
CD : Les Serruriers Magiques - Je veux apprendre !
Tanguera (Critique)
Piaf, une vie en rose et noir (Critique)
Pièce de Porc (Critique)
Così son tutte ! (toutes des p...!) (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , ,

Un commentaire
Laisser un commentaire »

  1. Lorsque vous évoquez la possibilité que le spectacle « pose ses valises » ailleurs … la France est elle concernée ?

Laisser un commentaire