Recherchez

Lucienne et les Garçons : Music Hall !

Le lundi 19 décembre 2005 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Spectacles divers, Théâtre musical

Lieu : Vingtième Théâtre - 7, rue des Platrières 75020 Paris - Métro Ménilmontant
Dates : du 18 janvier au 25 février 2006
Horaires : 19h30 du mercredi au samedi, 15h le dimanche
Tarifs : 22, 17, 12 ?
Informations supplémentaires : 01 43 66 01 13 ou Fnac

Spectacle musical
Avec Flannan Obé, Lara Neumann, et Emmanuel Touchard,
Mise en scène de Rémi Préchac

Sacrée Lucienne ! Toi et tes gars, vous nous en mettez plein les mirettes ! On ne sait ce qu’on doit admirer le plus : l’adresse à exhumer des pépites du passé, la restitution alerte sur scène ou bien le plaisir rétro qui en résulte. Et bien on ne choisira pas, au même titre que Lucienne et ses garçons forment un trio indissociable dans ce nouveau spectacle Music-hall !. C’est un lieu commun d’évoquer le côté suranné des chansons françaises des années 1920 à 1940, trop longtemps défendues par leurs interprètes de l’époque. Le trio se livre à un dépoussiérage jubilatoire, en s’inspirant du côté pétillant de la comédie musicale. Les bons mots jaillissent comme neufs, les histoires en musique deviennent captivantes, et montrent une grivoiserie surprenante (« Le mousse amoureux »). Une épopée d’art populaire revit sur la scène dont les ingrédients sont l’insouciance, l’humour vache, et les allusions salaces. L’abattage et la gouaille de Lucienne (Lara Neumann) débouchent les oreilles, l’élégante silhouette dégingandée de Gaston (Flannan Obé) captive le regard, le piano de Victor (Emmanuel Touchard) habille les paroles de bulles de mousseux. Bref, les chansons étincellent comme aux temps de la splendeur et l’on saisit l’engouement qu’elles ont suscité en leur temps. Bravo et merci de partager ces petites gâteries, injustement négligées, mais toujours savoureuses.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Un commentaire
Laisser un commentaire »

  1. Je les ai vus à tahiti, il y a qq années
    dommage qu’on ne sache pas ce qu’ils sont devenus

Laisser un commentaire