Recherchez

Madame Butterfly – Amour et trahison au pays du Soleil Levant

Le dimanche 1 avril 2001 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Grandes oeuvres

Madame Butterfly ©DR

Madame Butterfly ©DR

Madame Butterfly (1904), opéra de Giacomo Puccini (1858-1924), livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica.

Les grands airs
Ecco! Son giunte al sommo del pendio, Viene la sera, Un bel di vedremo, Addio fiorito asil

Synopsis
Au Japon, début du 20e siècle. Cio Cio San est une jeune japonaise éprise de Pinkerton, un officier américain. Elle l’épouse malgré l’hostilité des siens, mais autant Cio Cio San prend la cérémonie très au sérieux, autant l’officier la considère comme un jeu exotique sans lendemain. Peu après, il part en mission, laissant sa « femme » qui l’attend et qui repousse toutes les propositions d’une vie plus honorable. Un diplomate, Sharpless, lui rend visite et est peiné de la situation car il mesure l’énorme malentendu. Il lui annonce que Pinkerton revient, sans mentionner qu’il s’est marié en Amérique. Lorsque la vérité se fait jour, Cio Cio San abandonne son fils aux soins de Pinkerton et se suicide.

Le thème
A une époque (1904) où le public occidental s’éveillait à l’Extrême-Orient, Madame Butterfly montrait le fossé entre deux mondes diamétralement différents : le Japon et l’Amérique. La victime est la très amoureuse et sincère Cio Cio San. Elle attend le retour de son présumé mari, qui n’est qu’un voyou irresponsable. Elle endure admirablement une attente vaine qui ne peut déboucher que sur une déception fatale. Sa descente vers l’abîme, que le public devine et qu’elle-même refuse d’imaginer, en fait l’un des personnages les plus douloureux de l’opéra, porté par la superbe musique de Puccini.

L’histoire derrière l’histoire
En 1904, Puccini a enchaîné coup sur coup des succès retentissants: Manon Lescaut, La Bohème, Tosca l’ont fait devenir le compositeur italien le plus en vue du début du 20e siècle, un héritier de Verdi en quelque sorte. Avec ses librettistes favoris Giuseppe Giacosa et Luigi Illica, il adapte une pièce americaine à succès. La première a lieu le 17 février 1904, elle est désastreuse pour deux raisons : la salle est occupée par de nombreux détracteurs du compositeur et ils ne se gênent pas pour lancer une cabale, ensuite l’opéra est trop long. Puccini revient avec une deuxième mouture trois mois plus tard et obtient un triomphe. Madame Butterfly devient rapidement une des oeuvres les plus populaires du répertoire.

La légende affirme que le général Mac Arthur, vainqueur de la guerre du Pacifique (1941-1945) et commandant des forces américaines au Japon après la seconde guerre mondiale, n’aurait pas du tout aimé l’odieux personage que représente Pinkerton. Face aux manquements flagrants au code d’honneur des militaires, il aurait affirmé que cet officier là ne pouvait être qu’un officier… de réserve.
Pour les amateurs de théâtre musical, Madame Butterfly est la source avouée de Miss Saigon de Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg, une transposition au Viêtnam de 1975, lors de la chute de Saigon.

Versions de référence
Il existe de nombreuses interprétations de Madame Butterfly. Les plus grandes chanteuses se sont essayées au rôle de Cio Cio San, comme La Callas. Les meilleures versions sont toutefois celles qui intègrent une grande chanteuse au sein d’une équipe à la hauteur.

Une telle sélection comprendrait:

Version dirigée par Herbert von Karajan, avec Maria Callas, Nicolai Gedda. Enregistrement de 1955, édité par EMI.

Version dirigée par Tullio Serafin, avec Renata Tebaldi, Carlo Bergonzi. Enregistrement de 1958, édité par Decca

Version dirigée par Lorin Maazel, avec Renata Scotto, Placindo Domingo. Enregistrement de 1978, édité par CBS Masterworks

Madame Butterfly a été adapté au cinéma par Frédéric Mitterand en 1996. La belle mise en scène constitue une très agréable introduction à l’oeuvre.

Articles liés :

Gariné
La Bohème
Vous qui savez...ou ce qu’est l’amour (Critique)
Blanche-Neige (Critique)
Le Maître et le Chanteur (Critique)
l'OSM s'offre l'opéra de Gershwin : Porgy and Bess

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , ,

Un commentaire
Laisser un commentaire »

  1. La meilleure version,et de loin,n’est pas citée !!! : KARAJAN,avec FRENI,PAVAROTTI et Christa LUDWIG…insurpassable.

Laisser un commentaire