Recherchez

Madiba (Critique)

Le mardi 26 janvier 2016 à 6 h 43 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Le Comédia - 4 boulevard de Strasbourg - 75010 Paris - M° Strasbourg Saint-denis.
Dates : Du 21 janvier 2016 au 17 avril 2016.
Horaires : Du jeudi au samedi à 20h30. Le dimanche à 15h.
Tarifs : De 25 à 75 €.

madibaAuteurs : Jean-Pierre Hadida & Alicia Sebrien.
Musique : Jean-Pierre Hadida.
Mise en scène : Pierre-Yves Duchesne.
Assistante mise en scène : Claire Jomard.
Chorégraphies : Johan Nus.
Création lumière, scénographie : Sébastien Lanoue.
Avec : James Noah,  Juliette Béhar, Manu Vince, Jean-Luc Guizonne, Faloen Tayoung, Lunik Grio, Roland Karl, Harmonie Dibongue-Levy, N’dy Thomas, Stéphanie Schlesser, Anthony Fabien, Joel Wood, Sabrina Giordano, Audjyan, Mômô Bellance, Nour Caillaud, Mickael Gadea, Thomas Bimai, Konan Jean Kouassi, Haykel Skouri, Kebin Jubert.

Résumé : Johannesburg années 50.
Le jeune Nelson Mandela ouvre le premier cabinet d’avocats noirs d’Afrique du Sud pour venir en aide aux victimes de l’apartheid. Il devient le leader politique de l’opposition. Le massacre de Sharpeville radicalise sa position, il est recherché, arrêté puis condamné à la prison à vie au Fort de Robben Island.
Vingt ans plus tard.
Les habitants de Soweto se soulèvent. Sam, un jeune militant noir se fait arrêter. En prison, il fréquente celui que l’on surnomme « Madiba », Nelson Mandela, qui devient son modèle. Sa fiancée, Sandy, le fait libérer grâce aux relations du chef de la police, Peter Van Leden, l’afrikaner blanc chez qui elle travaille. Will, le jeune frère noir de Sandy, tombe amoureux d’Helena Van Leden, la fille de Peter. Cet amour va grandir, mais le contexte politique leur rend la vie impossible, et ils se séparent. Will milite pour la libération de Mandela et le boycott économique de l’Afrique du Sud. Après 27 ans de prison, Mandela est enfin libre. Helena revient d’un séjour à Londres où elle militait contre l’apartheid. Alors qu’il venait de la retrouver, Will se fait assassiner par des extrémistes blancs. Grâce au principe d’« un homme, une voix », Mandela est élu président de la nouvelle République d’Afrique du Sud. Vient l’heure du pardon et de la réconciliation : Peter Van Leden se rapproche de sa fille et regrette son attitude raciste. Tous ensemble ils prônent la « nation arc-en-ciel », symbole de la nouvelleAfrique du Sud de Madiba.

Notre avis : Madiba, le Musical se voulait, d’après son affiche, un hommage à Nelson Mandela. Choix légitime, tant l’homme a marqué l’Histoire. Par sa personnalité, par son parcours, et surtout par sa vie et ce combat inlassable et victorieux contre l’apartheid. Si Madiba -son nom de clan tribal- est devenu un mythe, inscrit pour toujours au panthéon des grands hommes, cet « hommage » musical ne restera, de son côté, surement pas dans les annales. On peut même se demander ce qui a pris aux créateurs du spectacle pour passer, à ce point là, totalement à côté de cette figure majeure, noyant la vie d’un héros dans un conte à l’eau de rose. Car d’hommage, il est finalement bien peu question dans cette production inédite. Le mythe Mandela -qui apparait de temps en temps de façon totalement elliptique, sert surtout de prétexte à une histoire d’amour entre un jeune noir et une jeune blanche.  En plein apartheid, leur amour semble évidemment impossible et les deux héros n’ont plus qu’à se lamenter. Rien d’original, loin de là. Et le reste de l’intrigue manque lui aussi en tous points de finesse : l’horrible colonel blanc n’est autre que le père de l’héroïne, Mandela se voit présenté -lors de ses rares apparitions- comme un homme capable de résoudre tous les problèmes et le peuple noir ne rêve qu’à un avenir meilleur, qui finira bien par arriver. L’amour -et le scénario- faisant des miracles, le colonel va finalement retourner sa veste, les deux amants se tomber dans les bras et Mandela, quasiment absent du deuxième acte, se voir libéré, sans que l’on sache précisément ni comment, ni pourquoi…

Ce parti-pris franchement caricatural et ce pathos déconcertant en viennent à décrédibiliser les drames vécus par la population noire durant des décennies. Il se retrouve hélas, dans un livret tout aussi déroutant : sur une scène, la plupart du temps vide de tout décor, s’enchainent des tableaux anecdotiques, où des dialogues d’une platitude consternante -déclenchant même de nombreux rires gênés dans la salle- alternent avec des chansons qui ne resteront pas dans les mémoires-hormis quelques chœurs rythmés réussis.

A croire que les créateurs ont souhaité réunir dans des minis-séquences, tous les lieux communs de cette période, enfonçant toutes les portes-ouvertes, déroulant une succession de slogans : « le monde va changer », « bientôt les choses vont changer », « le monde est avec nous », et résumant à grands traits et de façon désordonnée l’absurdité et la souffrance de l’apartheid… On cherche en vain l’ombre d’une réflexion, la moindre explication sur le cheminement de Mandela, ou la profondeur de son engagement. Le résultat finit presque par mettre mal à l’aise et l’on ne retient finalement que les chorégraphies dynamiques, scènes d’ensemble et danses africaines, et la présence salvatrice de Jean-Luc Guizonne (Le Roi Lion, Gospel sur la Colline) et de Manu Vince (le jeune amoureux). Ce dernier, déjà repéré dans Gospel sur la Colline, s’affirme une nouvelle fois comme bon chanteur et comédien, donnant à son personnage une justesse et un naturel à saluer.

Mais en termes d’hommage, Mandela, qui refusa notamment d’être libéré pour demeurer fidèle à ses convictions, méritait vraiment mieux.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , ,

14 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. Je trouve votre analyse très très dure envers
    Ses créateurs et ses arristes.
    Je suis allee a ce spectacle et je suis ressorti
    Avec la banane et avec une satisfaction
    Du changement qu avait pu apporter cet homme
    Nelson Mandela …..
    Le casting d artistes est juste exceptionnelle.
    Le manque de décor ne m a pas gene puisque
    Les arristes sont captivants.
    Chanteurs, chanteuses, comédien, comédienne,
    Danseurs, danseuses, ils m’ont tous fait
    Rêver et je pense que c’est pour cela monsieur
    Le journaliste quon se déplace au théâtre .
    Mon conseil ….. Foncez voir madiba .

  2. Votre critique est cinglante et injustifiée!
    Il y a bien des critiques à faire sur ce spectacle, en effet, qui est une création et ne tend qu’à s’améliorer.
    Mais descendre ainsi le travail d’une équipe dont les intentions sont sincères et le travail étalé sur plusieurs années, est tout simplement cruel.
    Qu’on aime ou pas, les musiques sont belles, bien interprétées, l’histoire est bien jouée, et un message d’espoir et d’humanité arrive jusqu’ au public.
    On en ressort touché, chargé d’émotions et de bonheur d’avoir pu partager avec cette jolie troupe deux heures de spectacle et d’enchantement.
    Tel est mon avis (et pour avoir vu bien des spectacles à Paris, Londres, et outre-Atlantique, je l’estime honnête et juste) et l ‘avis de bien des gens qui étaient avec moi dans la salle!

  3. A ne rien y comprendre, je me suis régaler,
    la chorégraphie et les chants sont sublimes, je ne vois pas ce qui peut justifier un tel acharnement de votre part à descendre un spectacle qui mérite qu’on le défende.
    je suis révolté pour la troupe et les artistes de votre violente critique qui ne fait pas cas d’un public dont je faisais parti dimanche et qui a ovationné MADIBA à la fin de la représentation

    Georges

  4. Personnellement je me suis régalé!!!

  5. Assez malhonnête comme critique, j’y vois plus de l’aigreur qu’autre chose.

  6. Je ne partage pas l’avis de cette critique, j’ai passé une très bonne soirée qd j’ai vu ce spectacle la semaine dernière. J’ai trouvé que l’approche « petite histoire dans la grande histoire  » était au contraire intéressante et pédagogique . Les chanteurs supers ( Sam et Mandela en particulier ), les danseurs très pros. Les dessins sur la toile de fond font office de décor d’une manière très originale. On en ressort avec la pêche et instruits. J’ai préféré les musiques d’inspiration africaines à celles un peu + « variété » mais il y en a pour tous les goûts! Je souhaite bcp de succès à la troupe et qu’elle ne soit pas découragée par une critique injustifiée!

  7. LA COMEDIE MUSICALE M comme Magique
    A comme Artistique
    D comme D’ exception
    I comme Incroyable
    B comme Bouleversant
    A comme A voir Absolument

    AH ! AH ! AH ! AH !
    Alors Monsieur De …
    Arretez la critique
    Allez, ouvrez les yeux et les oreilles
    Ajustez votre stylo

    J’ai adoré la représentation
    Félicitations à toute la troupe

  8. Même si cette critique est un peu dure envers le spectacle, je suis assez d’accord. Le spectacle manquait cruellement de rythme et les transitions sont vraiment à retravailler. Il y a de bonnes idées de mise en scène malheureusement mal exploitées. C’est la première foid qu’un spectacle me déçoit à ce point.

  9. que ce spectacle n’est pas plus à une personne de regard en coulisse c’est une chose mais pour ma part le role d’une critique culturelle n’est pas de descendre un spectacle pendant 50 lignes
    et d’en rediger 2 pour saluer 2 artistes en oubliant les 15 autres.
    c’est carrément déloyal même si ce spectacle ne vous a pas plus.

    mon avis sur cette CREATION , il faut quand meme rappeler que l’on est sur une création……
    c’est un spectacle haut en couleur, très bien interpreté par la vingtaine d’artistes sur scène.
    c’est un spectacle intergénérationnel puisque j’y suis allée dimanche avec mes enfants de 10 et 12 ans.
    c’est ecrit simplement mais le message passe ; la betise de l homme et c’est pas si vieux, il y a que quelques décennies de cela …..
    et surtout l’importance de l’egalité et de la liberté .
    C’est vivant, pas besoin de decors on est pas a bercy mais dans un théatre parisien et la magie se fait grace a tous ses merveilleux artistes.
    j’aime les grandes voix donc une ovation pour stephanie schlesser, falone et roland karl et un grand bravo a tous les autres qui ont tous un grand talent.
    que ce spectacle s’épanouisse, grandisse, et on fera un beau pied de nez a la critique

  10. Critique assassine à mes yeux! Quelle méchanceté!
    Et pourtant,j’en ai vu des comédies et autres spectacles musicaux depuis 1998.
    Certes,c’est le parti pris d’une »petite histoire banale »dans la grande,mais c’est ce qui fait son charme et surtout,c’est ce qui donne son âme exceptionnelle…
    Je crois n’avoir jamais été si charmée par la dévotion des artistes et de la troupe envers LEUR spectacle.Ils se sont approprié l’histoire et l’Histoire.
    Magique!
    Mandela tout seul,l’Homme,le Héros qu’il était,n’aurait peut-êtee pas,à lui seul,attiré toutes les générations.
    La seule critique justifiée sur ce spectacle,à mes yeux,c’est la faiblesse du livret et son découpage à retravailler.
    Mais la parolière est jeune…lui laisser sa chance,alors qu’une chanson comme »Ma Civilisation »est une pépite…serait-ce trop demandé?
    Bref.
    De la méchanceté gratuite que cette critique à mes yeux.
    Et un spectacle à l’image de Mandela.
    Infiniment humain.

  11. J’ai vue Mistinguett dans la même salle il y a quelques semaines, c’était d’une autre qualité et je suis ressorti déçu de Madiba. je suis parfaitement d’accord avec cette critique surtout dans les paroles qui ne volent pas haut. Personnellement, je me suis ennuyé, c’était long et confus. Je ne vois pas de méchanceté ici, c’est ce que j’ai pensé après le final et certains de mes amis aussi (mais d’autres ont aimé).

  12. Jai beaucoup aimé ce spectacle, comment peut on s’ennuyer
    Avec tant de chaleur et de messages ??
    Liberté egalite paix !!!!
    C est effectivement une petite histoire dans une grande
    Comme dit plus haut mais quel talent , un casting incroyable
    Que des étoiles !!!!!
    Bravo a toute l équipe et vive madiba le musicale

  13. Vu hier soir dans une salle pleine à craquer, j’ai bien aimé, bel équilibre entre profondeur et légereté pour un spectacle qui doit être accessible à tous vu la puissance du message

  14. Surprenant toutes ces critiques de soutien…

    J’ai trouvé ce spectacle d’une grande platitude. Le livret enchaînant effectivement les lieux communs. La musique à travers son « concept » muticulturel et « arc en ciel » est très impersonnelle. Un seul air reste en tête.
    Presque pas de décors. Une scénographie plate. Des chorégraphies…. très actuelles

    Peu à peu le spectacle devient insupportable tant les stéréotypes s’enchaînent les uns après les autres.

    Seul Jean-Luc Guizonne, très charismatique, permet de faire passer l’ennui et un agacement qui ne vous lache pendant ces 2 heures de spectacle…. faute à un excès de manichéisme et un positionnement artistique trop ancré dans l’air du temps.

    Ca manque foncièrement d’originalité et d’une identité musicale et artistique.

Laisser un commentaire