Recherchez

Mathieu Sennacherib, un Français à Las Vegas

Le dimanche 8 juin 2014 à 14 h 55 min | Par | Rubrique : Portraits, Talent à suivre

Matthieu Sennacherib (c) DR

Matthieu Sennacherib (c) DR

Mathieu Sennacherib, quelle est votre formation ?
J’ai commencé par la gymnastique dès l’âge de six ans, j’étais passionné. Au fur et à mesure, j’ai progressé et à 14 ans, j’ai commencé à faire de la gymnastique à haut niveau. A 19 ans, je suis allé à la fac pour obtenir mon diplôme de prof d’EPS et en parallèle, je bossais à Disneyland comme acrobate sur le spectacle Tarzan. Mon rêve secret était de faire un métier artistique mais j’attendais d’avoir un diplôme pour avoir une sécurité. A la fin de mon contrat d’été, j’ai suivi une formation : j’ai pris des cours de danse intensifs, de chant et de théâtre. J’ai commencé à travailler sur des évènementiels en tant qu’acrobate, puis en tant que danseur, puis en tant que comédien chanteur. J’ai intégré les comédies musicales Hair et Fame en tournée, puis Mamma Mia!

Pouvez-vous nous parler de votre expérience sur Mamma Mia! ?
Ca a d’abord été une expérience humaine. J’ai rencontré des artistes très talentueux qui sont devenus des amis et qui m’ont donné le goût d’être rigoureux dans le travail et d’aller jusqu’au bout des choses. Pour moi,c ‘était l’aboutissement de ce que je voulais faire en France : travailler à Mogador, dans un théâtre grandiose, de façon très cadrée… J’ai énormément appris. Et c’était intense émotionnellement.

Comment a démarré l’aventure du Cirque du Soleil ?
Le Cirque du Soleil m’avait appelé en 2009-2010 et j’avais passé deux jours d’audition à ce moment là. Pendant deux ans, je n’ai pas eu de nouvelles. Ils m’ont rappelé pour me demander si je voulais éventuellement faire partie de leur nouveau spectacle à Las Vegas, sur Michael Jackson. Évidemment, j’ai dit oui. Étant gymnaste, c’était un rêve de gosse de pouvoir participer à un spectacle comme ça. Mais ça implique aussi de partir aux Etats-Unis, de démarrer une nouvelle carrière, quitter ma famille, mes amis… mais pour vivre ma passion. Je me retrouve donc pour la création du show à Montréal puis ensuite à Las Vegas en février 2013.

Que raconte Michael Jackson One ?
Quatre protagonistes entrent dans l’univers de Michael Jackson et découvrent un à un, soit ses gants, ses chaussures, son chapeau ou ses lunettes qui sont dotés de pouvoirs magiques. Durant le spectacle, les paparazzi, qui incarnent le Mal, vont tenter de voler ces pouvoirs. Dans ce spectacle, je suis acrobate généralise / danseur. J’ai un gros numéro sur « Thriller » sur trampoline, j’ai également des numéros dansés sur des chorégraphies comme « Smooth Criminal », « Black Or White » et « Bad ». Le spectacle est explosif et est un franc succès là-bas.

Comment ça se passe au sein de l’équipe ?
Ce qui m’a particulièrement frappé, c’est l’esprit de famille. On vient des quatre coins du globe : Japon, Corée, Australie, Israël, France, Angleterre, Etats-Unis, Brésil, Pays-Bas… On a tous quitté notre culture, notre famille. Les liens vont se créer assez vite. Après, il y a quand même de la compétition malgré la fraternité. Tu dois donner ton maximum, pour être vu au maximum.
Pour le reste, le Cirque du Soleil chouchoute beaucoup ses artistes. On travaille très dur (dix shows par semaine, deux par soir, plus des répétitions) mais on prend soin de nous. Tout est organisé, de l’administratif… au massage. C’est une expérience intense, tant dans le travail que tu effectues sur scène, que dans les rapports humains.

Plus d’informations sur Michael Jackson One à Las Vegas.

 

 

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags :

Laisser un commentaire