Recherchez

Ménopause (Critique)

Le dimanche 28 juillet 2019 à 14 h 39 min | Par | Rubrique : Actuellement, Critique, Théâtre musical

La comédie qui bouscule les règles

Avec Christine Khandjian, Dominique Magloire, Marion Posta et Marianne Viguès. En alternance avec Patricia Samuel

Livret d’Alexandra Cismondi et Alex Goude
Mise en scène Alex Goude

Quatre femmes se rencontrent dans un grand magasin et se rendent compte que malgré leurs styles de vie opposés elles ont un point commun auquel elles ne peuvent échapper…
Une actrice en mal de rôles, une mère de famille nombreuse, une chef d’entreprise glaçante et une baba un peu trop cool chantent, dansent et racontent « leurs effets secondaires » avec humour. Découvrez le destin incroyable de ces quatre femmes qui se trouvent, se découvrent et s’aperçoivent que le plus grand changement de leur vie n’est pas forcément celui qu’on croit.
Venez partager un moment de plaisir entre femmes, osez amener vos maris !

 

Notre avis : Le public ovationne les quatre comédiennes/chanteuses qui n’ont pas ménagé leurs efforts durant toute la représentation pour évoquer les divers tracas que ne manque de provoquer ce passage dans la vie d’une femme. Il faut croire que les auteurs tapent juste, puisque le spectacle résonne, vraisemblablement, avec les expériences de nombres de spectatrices présentes tant leurs acclamations ou applaudissements spontanés ont retenti durant la représentation.

Il est évident qu’aborder ce sujet volontiers tabou et peu vendeur avait tout de la gageure. En faire une comédie intégrant des moments chantés encore plus. Pourtant le résultat est là et un public très populaire apprécie. Il ne faut toutefois pas chercher de finesse : ici tout est traité avec outrance, que ce soient les psychologies des personnages ou les témoignages sur les divers effets plus ou moins dévastateurs de cette « ménopause » dont le quatuor ne parviendra qu’en fin de spectacle à prononcer le nom. De là naît le comique, pour peu que l’on apprécie ce genre boulevardier qui fait la part belle à la crudité du langage et qui surfe sur divers éléments, le plus souvent axés sur la sexualité. Pour la partie musicale les auteurs ont choisi d’exhumer divers tubes essentiellement français tout en modifiant les paroles de manière à coller à l’état de telle ou telle phase de la ménopause ressentie par l’une des quatre femmes présentes. En l’occurrence une hippie rigolote souvent à côté de la plaque, une cheffe d’entreprise véhémente, une mère de famille nombreuse et une comédienne qui, bien entendu, refuse son âge. Un quatuor volontiers caricatural servi par des comédiennes qui n’hésitent pas à en rajouter pour faire s’esclaffer la salle. L’intrigue, élément amusant, se déroule à divers étages des galeries Lafayette, chacun servant de base à une réflexion sur un aspect de la ménopause. La literie, la lingerie, la terrasse… Le message féministe qui contrarie les diktats de la mode (même si les personnages se retrouvent par hasard pour… les soldes, la société de consommation agit bel et bien comme un aimant), donne la parole à des femmes plus toutes jeunes, qui ont de nombreuses choses à raconter à leur congénère : voilà bien l’élément le plus intéressant de cette comédie. S’il permet de faire avancer ne serait-ce qu’un peu, la cause des femmes, le pari n’aura pas été vain.

 

Pour réserver vos places, rendez-vous sur le site du théâtre.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire