Recherchez

My Fair Lady – How ‘Loverly’ !

Le samedi 1 septembre 2001 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Grandes oeuvres

Affiche de My Fair Lady à Londres en 2002 ©DR

Affiche de My Fair Lady à Londres en 2002 ©DR

Paroles d’Alan Jay Lerner, musique de Frederick Loewe. Livret d’Alan Jay Lerner, d’après la pièce de théâtre de George Bernard Shaw : Pygmalion.

Création
A New York, au Mark Hellinger Theater le 15 mars 1956.

A Londres, au Drury Lane Theatre le 30 avril 1958.

Principales chansons
Why can’t the English? Wouldn’t it be loverly? With a little bit of luck, The rain in Spain, I could have danced all night, On the street where you live.

Synopsis
Henry Higgins est un illustre professeur de phonétique. Un soir, à Covent Garden, il fait la connaissance du Colonel Pickering et d’une marchande de fleurs nommée Eliza Doolittle. Elle propose au savant de l’engager pour qu’il lui enseigne les bonnes manières et la débarrasse de son accent « cockney ». Eliza pourrait ainsi améliorer sa situation sociale. Higgins accepte le défi et accueille la jeune fille chez lui. Au terme de leçons éprouvantes, Higgins emmène son élève à Ascot puis à un bal où elle est présentée à la reine. Les convives tombent sous son charme. Zoltan Karpathy, un ancien étudiant d’Higgins, affirme qu’elle appartient à la noblesse européenne. Higgins savoure sa victoire. Son attitude blesse Eliza qui trouve refuge auprès de la mère de ce dernier.

Thème
My Fair Lady est l’adaptation musicale de Pygmalion de George Bernard Shaw. Le dramaturge s’est inspiré du mythe grec pour évoquer la relation qui unit Higgins à Eliza. Le personnage d’Higgins présente de nombreuses similitudes avec le sculpteur grec. Leur misogynie les a conduit à ne jamais se marier.
Tous deux excellent dans leur art : Pygmalion réalise la statue d’une femme parfaite tandis qu’Higgins donne une excellente éducation à Eliza. A l’instar du sculpteur grec, Higgins s’éprend de sa création.

L’adaptation de Lerner et de Loewe respecte l’esprit de la pièce. Seule la fin diffère. My Fair Lady est empreinte de la satire shawienne : Henry Higgins raille ses concitoyens dans la chanson intitulée « Why can’t the English ? » Les distinctions sociales sont au coeur des préoccupations de cette oeuvre. Shaw critique avec finesse la haute-société britannique et se moque de la moralité des classes moyennes représentées par le père d’Eliza.

L’histoire derrière l’histoire
La création de cette comédie musicale ne s’est pas faite sans difficulté. Beaucoup de producteurs souhaitaient faire de Pygmalion une comédie musicale mais George Bernard Shaw était réticent. Le dramaturge avait gardé un mauvais souvenir de l’adaptation musicale d’une de ses oeuvres, The Chocolate Soldier. Il ne voulait pas voir « une autre de ses pièces dégradées en opérette ».
En outre, Gabriel Pascal produisit une adaptation cinématographique de Pygmalion pour laquelle Shaw élabora la scène du bal. Elle devint la principale séquence de ce film. Par conséquent, si Shaw changeait d’avis et décidait d’adapter musicalement Pygmalion, Gabriel Pascal devait faire partie du projet.

Après la mort de Shaw en 1950, Pascal contacta de nombreux compositeurs et librettistes dont Rodgers et Hammerstein, Cole Porter, Leonard Bernstein ainsi que Lerner et Loewe. Sa propre mort en 1954 l’empêcha de concrétiser son dessein. Lerner et Loewe prirent le relai. Ils travaillèrent sur l’adaptation et inclurent la scène du bal. On proposa à Rex Harrison le rôle du professeur Higgins. Le comédien hésita longuement avant de l’accepter en raison de ces capacités limitées de chanteur. Lerner voulait engager Mary Martin dans le rôle d’Eliza mais elle n’était pas disponible. Julie Andrews, alors quasi-inconnue, fut choisie après audition. Les critiques furent enthousiastes et My Fair Lady reçu de multiples récompenses dont les fameux Tony Awards.
Rex Harrison, Stanley Holloway et Julie Andrews créèrent les rôles du Professeur Higgins, Alfred Doolittle et d’Eliza à New York et à Londres. George Cukor réalisa une adaptation cinématographique de My Fair Lady en 1964. Rex Harrison et Stanley Holloway y interprétèrent leurs personnages respectifs tandis qu’Audrey Hepburn remplaça Julie Andrews. Le film remporta aussi un vif succès auprès du public et reçu huit oscars.

Versions de référence
My Fair Lady, casting original de Broadway.

My Fair Lady, bande originale du film.

My Fair Lady, film en VHS ou DVD, Warner Bros

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire