Recherchez

Noëlla Huet – Gravir chaque montagne

Le Jeudi 1 janvier 2009 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Talent à suivre

Depuis le 3 octobre dernier, la mezzo-soprano québécoise Noëlla Huet a su conquérir le coeur de milliers de canadiens au Princess of Wales Theatre, à Toronto, dans son rôle de la Mère supérieure dans la comédie musicale The Sound of Music. Un défi de taille pour une interprète francophone, de formation classique, qui fait une incursion dans le milieu de la comédie musicale. Rencontre avec un être rempli de joie et de lumière !

Noëlla Huet ©DR

Noëlla Huet ©DR

Noëlla, parlez-nous de votre formation …
J’ai fait mes études à l’Université de Montréal. J’ai fait une année au Service des Activités Culturelles où j’ai dû étudier l’harmonie et le solfège avant d’entreprendre mon bac ainsi que ma maîtrise en interprétation avec la soprano France Dion.

S’ensuivit votre premier contrat?
Oui. Dès ma maîtrise terminée, j’ai débuté avec le Théâtre Les Deux Mondes. J’ai remplacé la soprano Louise Marcotte, et j’y ai créé le personnage de Rosa dans le drame musical Leitmotiv. C’était très aigu. C’est ce qu’on appelle un soprano colorature. J’y ai ajouté une dimension soprano dramatique. Ce que j’ai aimé avec cette production, c’est qu’ils ont pris le temps nécessaire pour monter le spectacle. Nous avons eu au moins neuf mois pour nous préparer et, ensuite, le présenter en tournée. Ce fût vraiment une expérience extraordinaire. De plus, ce spectacle m’a permis de visiter de nombreux pays.

Vos tournées mondiales se sont poursuivies avec l’Opéra de Montréal ?
En fait, la seule ville visitée, avec l’Opéra de Montréal, fût Miami, en Floride. Il faut dire que j’ai commencé à étudier lorsque j’avais trente ans. J’étais en retard pour tout, comme pour les concours, entre autres. Alors, débuter une carrière à 35 ou 40 ans, c’est un peu tard. Donc, je me suis dit que j’allais me concentrer sur le Québec et, plus précisément, sur Montréal. Des mezzo-sopranos, ça ne court pas les rues. Donc, j’ai eu assez de rôles dans mon domaine, pendant quelques années. Les derniers temps ont été un peu plus difficiles mais, par bonheur, The Sound of Music est arrivé au bon moment.

Justement, comment en êtes-vous arrivée à auditionner pour The Sound of Music?
Vraiment par hasard. Un matin, je lisais le journal « Voir » et j’ai aperçu une grande affiche qui annonçait les auditions à Montréal, pour ce spectacle. Je me suis dit : « Oh mon Dieu!, mais c’est le film que nous regardions lorsque nous étions enfants ». Si ça n’avait pas été The Sound of Music, je ne me serais pas déplacée pour faire les auditions. Je me disais que je n’avais pas la voix, ni la formation pour jouer dans des comédies musicales. Mais, dans ce cas-ci, ils demandaient des gens à la voix classique pour le rôle de la mère supérieure. Alors, je me suis dit : « Essaie-toi, ma belle, vas-y et on verra bien. »
Le lendemain, j’ai chanté « Memory » de Cats, devant le jury. Ensuite, ils m’ont demandé si je pouvais chanter une chanson comme « Climb Ev’ry Mountain ». J’avais déjà chanté cette chanson mais, il y a plusieurs années. Je ne pensais pas que j’étais en mesure de bien l’interpréter à ce moment précis. Ils m’ont dit de m’asseoir au piano et de faire de mon mieux. J’étais nerveuse mais en même temps, les gens n’étaient pas du tout « collet monté ». Je sentais une atmosphère détendue et familiale alors, cela m’a mise à l’aise. J’ai fait ce que je devais faire et ils ont été très touchés. J’ai dû, par la suite, préparer un texte en anglais. Naturellement, l’anglais n’étant pas ma langue première, après avoir lu deux à trois phrases, je suis revenue dans la salle pour leur dire que ce n’était pas pour moi, que c’était trop difficile, que je ne comprenais pas la signification de certains mots, ni comment les prononcer et qu’enfin, j’aurais besoin d’un coach en anglais.

Qu’avez-vous fait ?
Ils m’ont dit de revenir le lendemain. Arrivée à la maison, j’ai téléphoné à quelques amis qui m’ont gentiment aidé. Le lendemain matin, j’y suis retournée et j’ai refait « Climb Ev’ry Mountain ». Cette fois-ci, ils se sont mis à pleurer, ce fût très encourageant. En février, j’ai pris le chemin de Toronto pour faire les deux auditions suivantes. J’ai pris soin avant de pratiquer mon anglais. Et j’ai obtenu le rôle.

Et votre anglais ?
J’ai pris des cours d’anglais toutes les semaines. J’ai travaillé d’arrache-pied et, même encore, aujourd’hui je dois répéter mon texte tous les jours pour en conserver la fluidité. C’est ça ma plus grande difficulté dans l’ensemble du spectacle.

Noëlla Huet(Mère Abbess) dans The Sound of Music © Cylla von Tiedemann

Noëlla Huet(Mère Abbess) dans The Sound of Music © Cylla von Tiedemann

Votre relation avec le cast de The Sound of Music se vit de quelle façon ?
Extraordinaire ! Dès mon arrivée, j’ai trouvé que l’ambiance générale était excellente. Les gens sont très sympathiques. Je n’ai pas eu beaucoup d’expérience avec les anglophones auparavant mais, ce que j’en entendais dire, c’était qu’ils étaient « loin de nous ». Au contraire, j’ai été acceptée tout de suite, comme si nous étions tous une grande famille. Que ce soit le chef d’orchestre Jeffrey Huard ou le metteur en scène Jeremy Sams, ils avaient, tous, une façon de travailler démontrant beaucoup de tact! J’avoue que je ne rencontre pas ça souvent. Pour chanter, nous avons besoin de support moral et, eux, ils pensent vraiment aux chanteurs. Ça demande beaucoup de courage pour faire huit représentations par semaine. Je me suis fait beaucoup d’amis et j’aime ça !

Voyez-vous une différence lorsque vous jouez avec l’une ou l’autre des deux interprètes du personnage de Maria ?
Oui! Elles sont tellement différentes sur scène ! Les émotions sont perçues différemment. Elicia est plus posée. Elle réfléchit plus longuement avant de me répondre. Elle est plus dramatique. Tandis que Janna a un côté beaucoup plus énergique. Elle parle plus rapidement. Ça fait un challenge de plus pour moi (rires), Je dois ajuster mon tir, selon celle qui interprète Maria. C’est intéressant et, je dois dire que, je les adore toutes les deux !

La comédie musicale, est-ce une voie qui vous intéresse ?
Je ne le sais pas… J’aime mieux regarder l’avenir un jour à la fois et ne pas penser trop loin. Vous comprendrez que, de faire huit spectacles par semaine, je ne sais pas si j’aime vraiment ça. Ça hypothèque pas mal ma vie. Elle n’est, présentement, centrée que sur The Sound of Music et, j’ai tout de même mon copain, mon fils et mes amis qui sont, eux, à Montréal. J’avoue que je trouve ça encore un peu difficile mais, ça va de mieux en mieux.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , ,

3 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. salut ma grande je suis tellement contant pour toi et tout le succes que tu as enfin tu le merite tellement
    bravo bravo!!!!!! ton vielle ami coiffeurLorenzo

  2. Bonjour Noëlla!!!

    Je l’ai toujours dit, dès ta première prestation dans Carmen ou de LEt MOTIVE, tu étais destinée pour être découverte ! Sound of Music, ta prestation à Toronto fut extraordinaire! Tu as soulevé une vague de bonheur avec ton Climb Every Mountain et méritais entièrement les ovations obtenus de la foule.

    Aujourd’hui, Mélodie du Bonheur avec Robert Marien à Montréal, je te souhaite beaucoup de plaisir à y performer.

    Félicitations !!! La belle-soeur de la Mère supérieure….hi! hi! Pascale

  3. Bonsoir
    Un mot pour te dire tu a été encore une fois une grande chanteuse jai vu le Sound Of Music a Toronto, une voix comme la tient est extra ordinaire et fait frémir et redresser les poil des bras, Montréal Mélodie du Bonheure avec toi comme Mère Supérieur fut le TOP de la présentation.
    Félicitation et contunue un plaisir a entendre.
    Jocelyn

Laisser un commentaire