Recherchez

Oliver Twist : le journal de bord de Betty Lee – Dans les coulisses d’Oliver Twist

Le dimanche 1 décembre 2002 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Talent à suivre

Oliver Twist ©DR

Oliver Twist ©DR

21 juin 2002
Après déjà 99 représentations, nous voilà partis pour une nouvelle version 2002 ! Une nouvelle production et heureusement la même équipe. Parmi les changements importants : une version instrumentale différente ; en fait nous passons d’une version piano voix à une bande son avec instruments multiples et arrangements nouveaux. Cinq chansons ont été enregistrées le 21 juin 2002 ! Superbe fête de la musique !…Studio et rencontre avec Gilles Tinayre, l’arrangeur ! Bons moments de trac, d’émotions et de découvertes !

Septembre
Nous nous retrouvons tous pour une réunion où nous découvrons les cinq chansons et la nouvelle affiche : « ça déchire ! » … Nous apprenons également que le 23 octobre prochain nous allons participer à un show case – nous présenterons trente minutes d’extraits du spectacle – au Trianon , salle où nous jouerons à partir de novembre…

20 septembre
Retour en studio pour l’enregistrement des autres chansons. Gilles Tinayre est déjà en écoute, la production arrive, la tension monte … Nous commençons par « le final ». Nous faisons nos voix ensemble, ce qui me rassure un peu parce que le trac est là lui aussi ! Et puis, ça y est, c’est à Gaël et moi, pour notre duo ! Ça passe très vite ! Je regarde Thérèse, la compositrice qui gentiment me rassure.

30 septembre
Les répétitions avec le metteur en scène, Ned Grujic et Frankie Game, la chorégraphe, débutent pour le show case…

4 octobre
Gaël et moi, sommes convoqués à 11h30 pour travailler la chorégraphie du duo de claquettes. Les pieds sont un peu rouillés, voilà plusieurs mois que nous n’avons pas fait cette choré ensemble mais peu à peu, tout revient. Le break claquettes a été adapté spécialement pour le show case et apprenons que nous allons danser celui-ci sans base musicale « a capella des pieds ! » On se regarde tous les deux : voilà un beau défi ! Et nous recommençons encore et encore avec les conseils de Frankie. Ned, quant à lui nous donne de nouvelles directions pour l’interprétation…

9 octobre
Je réécoute les nouveaux arrangements, demain 15h30 : répétition de chant avec Thérèse. Pour tout dire, la danse, je pense gérer un peu mieux, mais le chant, c’est un peu plus difficile : j’ai un trac ! La peur de faire une fausse note.

19 octobre
Je me mets au travail pour maîtriser les choeurs des deux chansons de groupe du show case qui arrive à grands pas. Après une heure à zapper sur ma chaîne, le doute survient et je décide d’appeler Thérèse : me voilà en train de lui chanter mes parties en direct au téléphone, « ouf, c’est bien ça ! ». Me voilà repartie pour une heure de chant où mes pauvres voisins, c’est certain, vont connaître les paroles par coeur !

21 octobre
RDV 9h00 pour une grande journée.
Après l’échauffement, mise en place des « Nuits de Londres ». Jusqu’à aujourd’hui, nous avions souvent répété par petits groupes, nous voici maintenant au complet ! La première tentative n’est pas très concluante, je me suis bousculée dans trois personnes différentes et je ne suis pas la seule…il faut donc retrouver nos marques, les placements de chacun. Nous refaisons encore et encore la chorégraphie, en essayant de nous mettre rapidement au chant et danse en même temps !
J’ai un petit souci au genou droit qui se bloque par moments : pourvu que tout aille bien. Je me badigeonne avec de la crème.

22 octobre
Nous commençons dès 9h00 pour mettre en place le final, les questions se multiplient : « est-ce que j’aurais le temps de me changer », « et si j’oublie de passer à ce moment précis, je ne pourrais pas retrouver ma place pour la choré » « et si, et si… »
13h30 : reprise avec cette fois les deux filages en costumes. Mais avant toute chose, nous revoyons avec Thérèse les voix de toutes les chansons du show, nous écoutons ses derniers conseils. La tension monte d’heure en heure…ma nouvelle jupe est vraiment différente de la première, plus lourde, plus longue. Frankie et Ned me disent comment la tenir et m’aident à trouver mes repères.
Il est déjà 16h00 et je dois filer pour donner mes cours de claquettes. J’ai des enfants de 7-12 ans et des ados…je suis fatiguée mais l’énergie est différente et cela me change l’esprit.
22h30 : me voilà enfin arrivée à la maison, mes jambes sont lourdes, ma tête est pleine et je ne peux pas aller dormir : trop nerveuse.

23 octobre : le show case
Ca y est ! Je découvre avec plaisir les loges où nous nous installons rapidement. Le plateau est vraiment sympa même s’il est un peu en pente, les décors sont fabuleux : tout est là pour que nous soyons vraiment chez nous pendant toutes ces représentations qui nous attendent ! Christophe, l’ingénieur son nous présente son assistant qui nous prépare nos micros gouttes.
La production arrive et malgré la tension nous plaisantons… Il est temps d’avaler un petit quelque chose et de nous préparer : costumes, maquillages, micros.
16h00 : c’est l’heure : la tension est au maximum, nous nous embrassons pour nous souhaiter le meilleur et… musique !
16h30 : c’est déjà fini, nous avons tous cette sensation étrange d’avoir été sur scène cinq minutes : le temps s’est accéléré ! Les applaudissements nous réchauffent le coeur …nous devons maintenant aller à la rencontre des nombreux enfants venus aujourd’hui. Je suis accueillie par de nombreux sourires qui me demandent bien gentiment de signer l’affiche ou leur petit carnet.
« Tu as vraiment cette voix dans la vie ?! »
« Moi, j’aime bien quand tu fais les claquettes mais c’est trop court »
« Tu es vraiment méchante en vrai ? »
J’ai été très touchée par tous ces enfants, nous tous d’ailleurs !

24 octobre
Nous commençons les répétitions pour le spectacle dans son intégralité cette fois ! Le texte définitif est distribué.

28 octobre
Nous essayons les costumes, ceux que nous n’avions pas encore vus !
Nous sommes installés dans une grande salle à Courbevoie, où d’ailleurs nous jouerons le spectacle en avant-première le 16 novembre.
Aujourd’hui, tous les décors arrivent aussi. Nous pourrons donc répéter dans les conditions de scène, enfin presque puisque malheureusement il n’y a pas de parquet pour répéter les claquettes !
Toute la semaine, tout s’enchaîne très vite… Sur le chemin dans la voiture, j’écoute les chansons et j’essaie de bien repérer les différentes voix…
Les chorégraphies sont maintenant terminées, reste à les assimiler et à chanter en même temps sans se tromper de voix ! Je parle pour moi, évidemment…

1er novembre
Il est évident que chacun de nos personnages a pris un peu plus d’épaisseur au fil des répétitions. Ma Charlotte est, je pense, plus piquante, voire plus méchante. Je n’ai pas encore trouvé ce petit changement vocal obligatoire pour les micros (auparavant, nous chantions sans micros) et pour les oreilles du public…mais je ne désespère pas ! Cela fait quatre ans que je faisais cette voix très aiguë et maintenant je peux faire des nuances. Je dois donc chercher quelque chose de différent.

4 novembre
Le travail chorégraphique lui, aussi s’intensifie…Frankie rentre dans le détail de chaque pas, des jeux de tête, des accents et aussi des intentions.
Nous débutons la matinée par le chant, nous repassons dans toutes les chansons sans les faire en mouvement ou dans l’espace mais juste pour les travailler en justesse, en rythme, avec les accents, les nuances et comme dirait Nathalie [Lhermitte, qui joue Oliver Twist] « les consonnes, les consonnes !» Elle prend toujours le temps de me rassurer ou de me donner un conseil, elle le fait aussi pour la troupe au complet et cela nous aide beaucoup…

5 novembre
Les musiques de scène ne sont pas toutes terminées mais elles arrivent de façon régulière et sont vraiment éclatantes.
Le filage commence, il durera quatre heures, mais nous voilà rassurés par rapport aux éléments de décors, aux accessoires. Il nous reste encore beaucoup de travail de rythme, d’aisance à avoir. Au fait, ça y est , j’ai réussi à trouver mes petites nuances de voix : un peu moins aiguë, un peu moins horripilante il faut bien le dire…

14 novembre
La journée commence par des interviews de journalistes venus faire un reportage pour un CD Rom « comment faire ta comédie musicale ? » destiné à un public d’enfants. Demain, les caméramen seront là pour filmer la dernière journée de répétitions avant l’avant-première Nous écoutons tous ensemble les musiques corrigées et donc définitives avec grand plaisir.

15 novembre
L’équipe technique est là depuis très tôt ce matin. Nous arrivons à 14 h pour les premiers essais son en salle. Les décors sont en train d’être montés sous nos yeux ébahis. La scène est superbe, la salle aussi à part que le plateau est une vraie patinoire. Nous glissons à souhait, je ne parle même pas des moments de claquettes où nous avons plus l’impression d’être au Trophée Lalique ! Il faut vraiment trouver une solution pour demain et la seule c’est le fameux mélange coca eau que l’on étalera sur la scène !

16 novembre : l’avant-première à Courbevoie
Nous voilà donc à quelques heures de l’avant-première. Il est temps de se maquiller, de mettre les micros, les costumes, de s’échauffer et se préparer, un petit encas pour éviter de tomber dans les pommes à cause du stress… Le mélange coca eau a été fait, c’est moins glissant mais il faudra être prudent…
15h50 : Je n’en peux plus, je trépigne… le trac est à son comble pour tout le monde.
16h00 : Nous sommes dans le noir, on vient de nous prévenir que le rideau se lève dans cinq minutes ! Mes jambes sont lourdes, mes doigts de pieds sont comme anesthésiés, Peggy croit défaillir, Stéphanie a un sourire crispé, Nathalie n’en peut plus, Alain tourne en rond, Gaël ne tient plus en place, Magali semble calme mais en apparence seulement, Patrice remet pour la cinquième fois son chapeau et sa cape, Fred fait l’idiot et …ça y est c’est parti.

Entracte : les applaudissements fusent, nous rangeons ce qui ne nous sert plus dans la seconde partie, avalons un gâteau, un fruit, on s’embrasse et c’est reparti ! Le rideau s’ouvre…
Les gens hurlent « Bravo » dans la salle, applaudissent à tout rompre et nous portent.
On s’embrasse tous très fort, on se dit « bravo » nous aussi ! Beaucoup d’émotions dans cette journée déjà finie.
Déjà, l’équipe technique démonte le décor pour le transférer au Trianon !
Je rentre sous une pluie battante , complètement « transportée » et heureuse. Nous sommes tous dans un drôle d’état : heureux et vidés !
2 jours off nous attendent et c’est certain nous allons tous beaucoup dormir !

19 novembre
Arrivée au Trianon à 14 heures ! Ned commence par un briefing puis installation et surtout remise en espace sur le plateau qui est plus petit, beaucoup moins glissant mais un peu en pente ! Il faut donc mettre des « petites butes » pour éviter que les éléments de décor sur roulettes ne glissent sur le devant de la scène !
Essais son pour chacun d’entre nous avec un plancher pas évident pour les claquettes ! Il faut donc mettre aussi des micros scène pour les claquettes !

20 novembre : première au Trianon !
Un filage technique est prévu mais avant tout les essais sons commencent, pour les voix mais aussi les claquettes
Les dégagements sont plus réduits, il faut donc s’organiser. Le temps passe si vite, il est déjà l’heure de se préparer pour l’heure H : 20h15 !
Et voilà les petits cadeaux de première, comme le veut la tradition. Un petit mot , juste quand je suis en train de finir mon maquillage, me procure beaucoup d’émotion. Ce n’est pas le moment de pleurer, sinon je vais devoir tout refaire ! Je stresse et comme à mon habitude le « tu es vraiment folle de faire ce métier » passe et repasse dans ma tête !
Le public commence à entrer, nous entendons les chuchotements, les rires et l’attente…
La sonnerie retentit , nous sommes sur le plateau. Nous nous embrassons, chacun fait son petit rituel et c’est parti !
Le public applaudit et nous rappelle. Nous sommes heureux, émus, et quelques larmes coulent sur mes joues…et le « évidemment , je sais pourquoi j’aime tant ce métier » passe et repasse dans ma tête.
Maintenant, place à la fête ! Je ne reste pas longtemps, je suis comme vidée. Une petite enveloppe nous attend avec un programme magnifique et LE CD !
C’est incroyable de jouer dans une comédie musicale que l’on aime et avec une telle équipe. Je ne pouvais pas rêver mieux, c’est certain. Voilà, c’est parti pour quelques mois de bonheur…

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : ,

Laisser un commentaire