Recherchez

Que Viva Offenbach (Critique)

Le dimanche 5 décembre 2010 à 21 h 55 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Théâtre Tête d'Or : 60, avenue du Maréchal de Saxe - 69003 Lyon
Dates : Du 18 novembre 2010 au 16 janvier 2011
Horaires : Du mardi au samedi à 20h45, ainsi que le samedi à 17h (jusqu'au 11 décembre) et le dimanche à 16h. Une à deux représentations supplémentaires en semaine à 14h45.
Tarifs : 42 euros / + de 60 ans et Strapontins : 39 euros / Etudiant - de 27 ans : 27 euros
Informations supplémentaires : Réservations : 04.78.62.96.73

Que Viva OffenbachSpectacle musical burlesque
Ecrit par Jacques DÉCOMBE, Vincent PREZIOSO, Edouard PRETET, Cédric DUMOND et Philippe DUMOND
Conception et mise en scène de Jacques DÉCOMBE
Décors de Marielle SPALONY
Musique de Jacques OFFENBACH
Avec Isabelle TANAKIL, Jacques SERRES, 6 comédiens, 4 musiciens

Le mégalomane et autoritaire metteur en scène Pavel Kryjtch doit créer un spectacle dans le cadre de la commémoration de l’abolition de l’esclavage. Il a « l’idée de génie » de s’inspirer des oeuvres d’Offenbach afin de délivrer un message vibrant de paix et de fraternité universelle… Malheureusement, Pavel abandonne sa troupe quelques jours avant les représentations, alors que le spectacle est encore inachevé. La troupe décide de maintenir les représentations, tout en dissimulant la disparition du célèbre metteur en scène.

Que Viva Offenbach est créé et interprété par une partie de l’équipe ayant contribué il y a quelques années au succès mérité du spectacle de Patrick Haudecoeur Frou Frou les Bains (Molière du meilleur spectacle musical 2002). Plongeant dans l’univers d’Offenbach, cette parodie est prometteuse. La première partie de Que Viva Offenbach, qui met en scène les dernières répétitions de la troupe nous laisse toutefois quelque peu dans l’attente d’un grain de folie supplémentaire et d’un rythme plus soutenu.

C’est après l’entracte que le spectacle s’emballe véritablement. Les personnages jouent en effet le spectacle « abouti », qui est un florilège de situations cocasses. Cette seconde partie est menée tambour battant, laissant notamment plus de place aux chorégraphies. Les prestations vocales de Stéphanie Palazzo et de Damien Bigourdan (malgré le caractère stéréotypé de son rôle de jeune de banlieue), en solo ou en duo, sont particulièrement séduisantes. Au final, le spectacle laisse le public sur une note positive. 130 ans après sa mort, l’esprit d’Offenbach est toujours vivant !

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , ,

Laisser un commentaire