Recherchez

Récital emphatique (Critique)

Le jeudi 26 avril 2012 à 12 h 26 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Théâtre Marigny - Salle Popesco - Carré Marigny - 75008 PAris - M° Champs Elysées Clémenceau
Dates : du 17 avril 2012 au 30 juin 2012
Horaires : du mardi au samedi à 21h - matinée le samedi à 18h
Tarifs : 37€ / 32€ / 27€
Informations supplémentaires : 0 892 222 333 (0.34€ /mn)

Mise en scène & interprétation : Michel Fau.
Accompagnement piano : Mathieu El Fassi.

Robes : David Belugou.
Maquillage : Pascale Fau.
Coiffures : Elodie Martin.

Avec sa présence et sa générosité si singulière, Michel Fau, amoureux des tragédiennes d’antan et des icônes de l’opéra, aime avec humour se réinventer sur scène en star des revues du music-hall, ou comme ici en jouant les divas dans le plus improbable des récitals. Au cœur de son dispositif transformiste, voici Michel Fau s’emparant de l’opéra de Saint-Saëns, Samson et Dalila, pour revisiter par la voix et la danse quelques-uns des moments forts de l’oeuvre, de la Danse des Prêtresses de Dagon à Printemps qui commence, Bacchanale, et Mon coeur s’ouvre à ta voix. Une thématique lyrique joyeusement perturbée par quelques extraits de Phèdre de Racine, un texte sorti d’un restaurant chinois durassien ou la tendre madeleine proustienne du « Summertime » de Porgy and Bess de George Gershwin.

 

Notre avis : Créé en décembre 2011 aux Bouffes du Nord ce spectacle emphatique, soit « ampoulé, déclamatoire, enflé, grandiloquent, pompeux », pour reprendre la définition du Petit Robert, stimule avec une belle efficacité les zygomatiques. Michel Fau, peut-être inspiré par des personnages comme Florence Foster Jenkins et d’autres cant-actrices de tout poil, offre en quelques tableaux un savoureux digest du meilleur du pire. Et pour tenir ainsi les différents personnages, il en faut du talent ! Un simple mouvement de main, un cil qui bat et l’autre pas, des postures chorégraphiques complexes (surtout avec une robe composée de multiples voiles)… et la salle qui se gondole de rire. Bref, le comédien travesti se régale à nous amuser avec ces pastiches irrésistibles, accompagné par un pianiste qui, lui, ne plaisante pas avec la mesure, l’épatant Mathieu El Fassi. Et pour que l’emphase soit totale, l’artiste ne se dissimule derrière aucun artifice : pas de dramaturgie, juste le plaisir d’enchaîner des numéros qui laissent au spectateur à peine le temps de reprendre sa respiration. Décalé, vraiment drôle et libre, à l’image du comédien metteur en scène. Chaleureusement recommandé !

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : ,

Laisser un commentaire