Recherchez

Renaud Hantson, son autobiographie !

Le samedi 8 septembre 2012 à 18 h 51 min | Par | Rubrique : Shopping

Renaud Hantson, auteur-compositeur-interprète, ayant chanté dans Starmania, La légende de Jimmy et Notre-Dame de Paris, se livre dans une autobiographie sans faux semblants. Il est tour à tour touchant, énervant, attendrissant, humain.

L’écriture de Poudre aux yeux a été pour lui un acte thérapeutique. Il fait un travail avec Laurent Karila (psychiatre-addictologue à l’hôpital Paul Brousse à Villejuif) pour l’aider à sortir de ses addictions. Car son problème avec la cocaïne, « la maitresse avec laquelle il aura passé le plus de temp »s dit-il, l’a éloigné de ce qu’il souhaitait faire : « Je l’admets désormais : si j’ai été absent 17 ans, c’est de ma faute (…) La fuite en avant était plus facile. Plonger dans la drogue était un moyen lâche de ne pas affronter la réalité de mon métier. Car j’avais peur. Peur d’avoir à faire face au goût des programmateurs et en définitive au choix du public… »

Il raconte également beaucoup d’anecdotes sur ses participations aux spectacles musicaux nommés ci-dessus. Sa rencontre avec Berger, le choix de ses personnages… Et la possibilité d’allier au mieux ses deux drogues : chant et cocaïne ! « Oui, j’étais un mec surpayé pour chanter une quinzaine de fois par mois dans la plus grosse comédie musicale française du moment (Notre-Dame de Paris). Ce qui me laissait une quinzaine d’autres jours pour continuer ma lente destruction… J’ai honte. »

Après l’un de ses premiers concerts en solo, Jean-Jacques Goldman lui laissa « un message des plus sympathiques ». Ils avaient envisagé que Renaud Hantson chante des compositions qu’il aurait faites. Seulement « je n’ai pas su répondre à son message laissé sur mon répondeur et ne saurai jamais s’il m’aurait proposé un titre comme ‘Si tu veux m’essayer‘, que chantera plus tard Florent Pagny. Quelques personnes de mon entourage ont longtemps pensé que j’avais raté le coche… »

Il dénonce aussi les clichés qui ont la vie dure dans le petit monde de la musique : « Quoi qu’il en soit, dans la variété, je reste un voyou tatoué qui fréquente autant des flics, des ministres, des ambassadeurs que des gros loubards. Pour le petit monde du rock français par contre, je suis le mec qui a trahi la cause du metal pour faire de la musique populaire et des comédies musicales (…) Si je viens du rock et que ma culture est anglo-saxonne, mon désir est de chanter et de jouer diverses musiques quel que soit leur style, du moment que c’est bon. A deux, Berger et Plamondon n’étaient pas bons, ils étaient excellents. »

Il explique aussi comment il a composé ‘Revoir la lumière‘, sous l’emprise de l’alcool, lors de l’enregistrement de son album Seulement humain, à Londres, dans une des chambres du studio Chipping Norton. « Il s’agit d’un titre assez prémonitoire qui , si on lit bien entre les lignes – et je sais de quelles lignes je parle ! –, évoque le problème addictif dans lequel je sentais déjà que j’étais en train de sombrer. » Les paroles parlent d’elles-mêmes :
« Mais comment remonter
Lorsque l’on n’a plus pied
Quand chaque jour on glisse
Dans le grand précipice… »

« Le combat n’est pas terminé car l’opposant est coriace, l’erreur est trop souvent de le sous-estimer. On ne doit jamais se croire plus fort qu’une drogue, quelle qu’elle soit. »
Cependant, force est de constater que Renaud Hantson déborde de projets. Et ce travail avec Laurent Karila, qui a également donné naissance au concept-album de Satan Jokers AddictionS, n’est qu’un commencement. Effectivement, dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la toxicomanie, ce concept-album et son e-book pourraient servir d’objet de prévention dans les écoles, facs, hôpitaux, prisons…
Après avoir sorti trois albums en… trois mois, Renaud Hantson travaille déjà sur le tome deux de son autobiographie pour 2013, mais aussi sur un double album intitulé « La fissure du temps » qui comprendra 36 chansons, dont 8 inédites, d’ici la fin 2012 !

Bref, comme il le dit souvent dans son livre, il est en vie, plus que jamais…

Au cours de la lecture de Poudre aux yeux, une chanson revient en permanence. C’est une chanson de Michel Berger. Elle dit :
« Pour me comprendre,
Il faudrait savoir qui je suis.
Pour me comprendre,
Il faudrait connaître ma vie… »

Commander Poudre aux yeux sur Amazon.

 

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags :

Laisser un commentaire