Recherchez

Rencontre avec Seb Valter, un artiste à suivre de près

Le vendredi 26 octobre 2012 à 8 h 44 min | Par | Rubrique : Portraits, Talent à suivre

Seb Valter (c) Alfred Perrin

Quel est votre parcours ?
Mon premier métier est charpentier. Je faisais de la guitare à mes heures perdues et je ne chantais pas beaucoup.
C’est pendant que j’animais une colonie de vacances sur la comédie musicale que je me suis dit : « Tiens j’aime bien chanter ! Et si je me formais ? ». Je suis donc rentré, en 2008, au Centre de Formation Vocale dirigé par Richard Cross. Cette première année fut une véritable révélation pour moi. Tous ces coachings, ces rencontres entre artistes, cette pluridisciplinarité m’ont énormément plu. Au fil de l’année, je me suis orienté vers le théâtre musical. Je suis allé voir Le Roi Lion et j’ai commencé à beaucoup écouter, puis travailler des chansons de spectacles anglo-saxons. C’est à ce moment-là que j’ai décidé que je voulais faire ce métier ! Je suis resté deux années dans cette école, puis j’ai intégré un atelier de comédie musicale, « L’atelier Créa » dirigé par Carine Robert, Edwige Chandelier et Olivier Macé. Aujourd’hui, comme beaucoup d’artistes, je me forme toujours, en danse et chant notamment.

Parlez-nous des trois spectacles pour enfants dans lesquels vous apparaissez actuellement : Hercule dans une histoire à la Grecque, Les malheurs de Sophie au Théâtre Musical Marsoulan et Symphonia en tournée.
Ce sont trois jolis spectacles pour enfants complètements différents. Dans Hercule dans une histoire à la Grecque, je joue le rôle du dieu Chronos, au début du spectacle, puis du Satyre Po. Ce personnage, un peu râleur à ces heures, adore les aventures qu’Hercule lui propose. C’est un spectacle rythmé et drôle où enfants et adultes passent un bon moment.
Dans Les Malheurs de Sophie, j’interprète Paul, le cousin de Sophie : un petit garçon qui ne voit pas beaucoup ses parents et passe l’essentiel de son temps chez sa cousine. Il est très protecteur envers Sophie et la considère finalement comme sa propre soeur. Ce spectacle est bourré d’interactivité avec les enfants.
Pour finir, dans Symphonia, je joue le rôle de Harry, un hérisson sans piques, qui ne s’assume pas taupe. Il est le meilleur ami de la fée Lalia qu’il va accompagner tout au long de son aventure. C’est un spectacle crevant ! (Rires) L’énergie y est débordante. Il est très rythmé et il y a beaucoup de chorégraphies, ce qui ne me déplaît pas ! Ici, il n’y a pas d’échange avec le public. Les enfants sont là, attentifs et plongés dans une histoire féérique autour de plusieurs personnages plus attachants les uns que les autres.

Vous faisiez également partie du casting de Sauna le musical. Entre spectacles pour enfants et adultes, que préférez vous ? Quelles différences ressentez vous sur scène ?
Sauna le musical est un spectacle exclusivement pour adultes que l’on a joué au Théâtre Clavel pendant deux saisons, puis en tournée. Je n’ai pas vraiment de préférence, tout dépend du rôle à jouer ou du spectacle a défendre. Pour l’instant, je suis beaucoup plus orienté vers les enfants car c’est mon emploi actuel. Il est vrai que je fais un peu jeune, et que je ne suis pas des plus grands (rires). Mais j’aimerais beaucoup faire plus de spectacles pour adultes. La grande différence pour moi est que les spectacles pour enfants sont, pour la plupart, interactifs. On a une réaction quasi immédiate de leur part. Et sur scène, c’est très agréable. Avec Sauna, on a eu des publics très différents. Parfois très rieurs, avec une grande participation. Et d’autres très à l’écoute, sans réaction. C’était très perturbant d’autant que, au Théâtre Clavel, le public est très près des comédiens sur scène.

Vous composez en ce moment Blanche Neige et la Reine Maléfique, en lecture le 9 novembre prochain au Vingtième Théâtre. Présentez-nous votre équipe. Comment se passe le processus de travail ? Ou en êtes vous ?
Mon équipe se compose de Cindy Féroc, Sophie Kaufmann, Sébastien Ménard et moi-même. Nicolas Guilleminot est à la mise en scène, assisté de Stéfanie Robert.
Nous avons tout d’abord travaillé à trois (Cindy, Sophie et moi) pour réfléchir et construire notre histoire en nous inspirant du conte des frères Grimm, que tout le monde connaît : Blanche Neige. Une fois ce travail terminé, nous nous sommes réparti les tâches : Cindy les textes des chansons et du livret avec Sophie. Sébastien et moi-même les compositions. Après un long travail, des coups de téléphones, des mails échangés entre auteurs et compositeurs, des réunions avec toute l’équipe, nous avons fait une petite lecture privée en juin 2012 devant notamment Nicolas Guilleminot, afin d’avoir un échange et un premier regard extérieur sur notre travail. Aujourd’hui, nous travaillons pour la lecture du 9 novembre, avec l’aide de Benoît Valliccioni et d’Adrien Biry.

Qu’espérez vous pour la suite ? Avez vous d’autre projets  ?
J’espère avoir du travail encore et toujours. Peut-être participer à de plus gros spectacles. J’espère que Blanche Neige et la reine maléfique va pouvoir voir le jour. Je fais aussi partie de l’équipe de Poil de Carotte (de Camille Turlot et Eric Szerman, mis en scène par David Eguren) en alternance sur le rôle-titre. Quant à Sauna le musical, il n’est pas dit qu’il ne revoie pas le jour. Mais avant tout, je souhaite continuer à faire ce métier que j’aime tant.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , ,

Laisser un commentaire