Recherchez

Sister Act – Le musical de Broadway (Critique)

Le jeudi 20 septembre 2012 à 17 h 02 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Théâtre Mogador - 25 rue de Mogador - 75009 Paris - M° Trinité.
Dates : Du 09 septembre 2012 au 30 juin 2013.
Horaires : Du mardi au samedi, 20h. Le samedi et dimanche, 15h.
Tarifs : De 25 à 99 €.

Un musical de Alan Menken (musique), Glenn Slater (paroles), Bill et Cheri Steinkeller (Livret), Douglas Carter Bean (livret additionnel)

Mise en scène : Carline Brouwer
Chorégraphies : Anthony Van Laast
Adpatation des chansons : Nicolas Nebot

Dolorès Van Cartier : Kania
Alternante Dolorès Van Cartier : Aurélie Konaté
Mère supérieure : Carmen Ferlan
Soeur Marie Patrick : Lola Cès
Soeur Marie Robert : Sarah Manesse
Soeur Marie Antoinette : Sarah Tullamore
Mère Supérieure : Carmen Ferlan
Eddy : Thierry Picaut
Monseigneur : Christian Bujeau
Curtis : Barry Johnson
TJ : Keny Bran Ourega
Pablo : David Sollazo
Joey : Franck Vincent

Ensemble : Yoni Amar, Mathieu Becquerelle, Alix Briseis, Carole Clin, Rafaelle Cohen, Jackson de Decker, Fabrice de la Villehervé, Maureen Diot, Khemi Ferrey, Aude Gillierion, Audrey LEveque, Mélina Mariale, Sofia Nait, James Noah, Rachel Pignot, Léovanie Raud, Alexia Rey, Olivier Rey, Manon Taris.

Alors que la diva du disco Dolorès Van Cartier est le témoin d’un meurtre, elle est placée sous haute protection dans le seul endroit où les policiers sont certains qu’on ne la retrouvera pas – un couvent ! Déguisée en nonne, elle devient rapidement la coqueluche de ses consœurs mais fait mauvaise impression à la sévère Mère Supérieure du couvent. Alors qu’elle consacre toute son énergie à une fausse chorale, cherchant à aider les nonnes à trouver leur voie et le répit dans un quartier miteux, sa mascarade pourrait exploser au grand jour. Le temps serait-il compté pour Dolorès, activement traquée par des criminels ? Ou ces derniers auraient-ils sous-estimé le pouvoir de la communauté qui l’a recueillie ?

Notre avis :

Après Cabaret, Le Roi Lion, Zorro et Mamma Mia, Stage Entertainment lève enfin le voile sur sa dernière création française : Sister Act. Adaptation scénique du film éponyme, le spectacle en reprend le synopsis, remplaçant les reprises de standards originelles par des morceaux composés pour l’occasion par Alan Menken. Cette fois, contrairement à Mamma Mia notamment, nulle circonspection quant à une traduction française qui s’impose d’elle-même puisque les chansons sont inédites et totalement intégrées à la progression narrative. D’ailleurs, le livret et les paroles sont de bonne facture et, à quelques bons mots un peu faciles ou anachroniques près, l’adaptation est réussie. Cependant – est-ce dû au manque de rodage ou au livret lui-même – Sister Act est rythmé de manière très inégale et certaines séquences sont quelque peu laborieuses, surtout dans le premier acte. Concernant une production Stage – et les tarifs associés – on aurait souhaité une qualité irréprochable au niveau du jeu et des scènes parlées. Or, les artistes ont un niveau hétérogène dans la discipline. Outre la scénographie et les décors qui semblent avoir été revus à la baisse par rapport aux productions de Londres ou Broadway, c’est vraiment le point à améliorer. Mais Sister Act possède de très nombreuses qualités. L’atout du spectacle réside indéniablement dans les moments musicaux : puisant dans le disco ou la soul, les chansons sont pleines d’entrain et de bonne humeur. De fait, à l’instar du film, ce sont essentiellement les scènes de groupe où sont réunies les nonnes qui galvanisent le show… et les spectateurs. L’énergie est palpable dans les chorégraphies brillantes – au propre et au figuré – et on s’attache rapidement à ces Marie déjantées, notamment l’énergique et enthousiaste Marie Patrick (Lola Cès), la timide et attachante Marie Robert (Sarah Manesse), l’excentrique Marie Lazarus (Valériane de Villeneuve) ou l’impitoyable Mère Supérieure (Carmen Ferlan). Dans les seconds rôles masculins, Franck Vincent, Keny Bran Ourega et David Sollazzo forment un trio invraisemblable qui mérite amplement les applaudissements que récolte leur numéro. Enfin, incarnant le fameux personnage de Dolores Van Cartier et tenant la tête d’affiche, la jeune Kania a la lourde tâche de succéder à Whoopi Goldberg pour le film et Patina Miller pour Londres et Broadway. Si elle n’a pas la rugosité et l’âge du rôle – et des deux créatrices précédemment citées – elle apporte néanmoins une fraîcheur et une voix remarquable, et porte avec générosité le show sur ses épaules. Sister Act semble donc lancé sur les voies impénétrables du succès ; le public familial sera sans aucun doute charmé par les chorégraphies, l’humour, l’énergie et les paillettes de ces religieuses espiègles. De fait, pouvoir rire aujourd’hui de la religion avec désinvolture et légèreté est indubitablement une vraie bénédiction…

 

Articles liés :

Sinan - Les mille et un projets du Génie d'Ali Baba
Vincent Heden - Tintin, c'est lui !
"Swinging Life" va faire swinguer Bobino
Mamma Mia! (Critique)
Gagnez des invitations pour la conférence de presse du Bal des Vampires
Les Coquettes (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire