Recherchez

Soirée Paradisco – Une soirée au Paradisco

Le lundi 2 décembre 2002 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Zoom

Paradisco ©DR

Paradisco ©DR

1er décembre 2002 : près de 500 personnes étaient réunies ce soir-là à l’Auditorium du Forum des Images pour commémorer d’une façon peu ordinaire cette journée mondiale de lutte contre le sida. Au programme, le court-métrage musical de Stéphane Ly-Cuong, Paradisco, qui évoque les thèmes de la mémoire et du deuil mais sur un mode musical et léger, ainsi que des chansons de comédie musicale françaises et anglo-saxonnes, interprétées par les artistes du film. La soirée était placée sous l’égide de SIDA Info Service et de Athanor Studio, société qui a produit le film.

Les applaudissements étaient déjà denses et chaleureux lors du discours de présentation d’Arnaud Cazet, l’un des fondateurs de Regard en Coulisse, qui animait la soirée, et ils le furent d’autant plus après les 18 minutes de diffusion. Charmé, ému, amusé, touché, le public a visiblement été convaincu par l’oeuvre présentée et l’a fait savoir par une salve d’applaudissements à n’en plus finir.
Et on peut dire que Stéphane Ly-Cuong a fait fort : pas moins de 33 comédiens sont réunis sur ce film et pas des moindres, on y retrouve Jérôme Pradon, Anthony Rapp, Ann’So, Barbara Scaff, Grégori Baquet, Sinan, Alexandre Bonstein, Laurent Ban, etc… Un casting très impressionnant pour cette comédie musicale pas comme les autres.

L’équipe du film est ensuite venu exposer la construction et la réalisation de ce projet, de même que SIDA Info a expliqué son travail quotidien d’information et de prévention. Entre deux interviews rondement menées par Arnaud Cazet, le public a pu apprécier des intermèdes musicaux de très grande qualité. Les femmes du film ont ouvert le bal avec une émouvante version de « Hard Candy Christmas », extrait de The Best Little Whorehouse in Texas. Les garçons ont interprété une version décalée de « Toujours Jamais » des Demoiselles de Rochefort. Jérôme Pradon et Anthony Rapp nous ont réservé deux grands moments d’émotion, le premier avec « Seul devant ces tables vides » des Misérables, qui évoque le deuil et le chagrin d’avoir perdu des proches, le deuxième avec une interprétation magistrale de « Without You », tiré de Rent. Enfin, la troupe a conclu la soirée avec un « Seasons of Love » plein d’optimisme… et d’amour !

Cette journée particulière s’est donc finie sur cette touche d’espoir et d’émotion, histoire de rappeler que la vie continue, en rires et en musique.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

Laisser un commentaire