Recherchez

Sonia Lacen et Sébastien Lorca – Y en aura pour tout le monde !

Le samedi 1 avril 2000 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Talent à suivre

Sonia Lacen et Sébastien Lorca ©DR

Sonia Lacen et Sébastien Lorca ©DR

« Oh non » lâche Sonia en riant, « Yasmina est trop parfaite ! Vous risquez d’être déçu : j’ai des défauts… et des qualités aussi, j’espère !  » « Mais oui, tu en as« , confirme Sébastien après un instant de réflexion. Sage et galant, il est comme ça, il parle en choisissant ses mots et généralement après qu’elle, plus volubile, se soit exprimée. Les deux jeunes gens sont partout dans les médias pour le spectacle musical événement de la rentrée, Les mille et une vies d’Ali Baba.

Des rôles sur mesure
Juste avant Les dix commandements et Roméo et Juliette – de la Haine à l’Amour, c’est en effet Ali Baba et ses quarante voleurs qui vont ouvrir le ban de ceux qui prétendent succéder à Notre Dame de Paris dans le coeur du grand public. Mais avec une différence majeure « Les autres spectacles sont d’abord des drames« , explique Sébastien « nous, il s’agit d’une ‘tragi-comédie’. Pendant deux heures, on va aussi bien rigoler« . « Avec quand même une grande histoire d’amour« , précise Sonia. Et un happy end. « C’est comme dans la vie : les amoureux veulent juste s’aimer et que les gens s’aiment autour d’eux tandis que d’autres ne courent qu’après l’argent et le pouvoir« .

A seulement 16 ans, Sonia Lacen est déjà une vraie pro avec un premier single à son actif. Elle a suivi le projet depuis le début. Sébastien Lorca (21 ans), lui, est arrivé plus récemment, il y a presque un an : « c’est le bébé de la troupe« , dit-elle de lui bien qu’il ait déjà une dizaine de téléfilms à son actif. Comme les autres artistes, leur proximité avec l’équipe des créateurs du spectacle a permis à ces derniers de grandement modeler les personnages sur leurs futurs interprètes. « Du coup, on fusionne bien avec nos rôles« , confirme Sébastien « On n’a presque pas à jouer, c’est nous« . Et Sonia d’ajouter « C’est pour cela qu’on est très attachés à ce projet. C’est notre bébé, on y met du coeur. Et beaucoup de travail !« .

Maintenant qu’on les reconnaît dans la rue, on imagine que leur vie a dû bien changer. « Mais pas du tout » affirme Sonia qui est venue à notre rendez-vous en prenant le métro. « Les gens qui nous abordent sont très gentils. Et puis, si on fait ce métier, c’est bien aussi pour ça, non ? Si nous réussissons, ce sera grâce à ce que nous sommes. Il n’y a donc pas de raison de changer« . « Non, d’autant que nous savons que nous sommes sur des sièges éjectables » ajoute son partenaire. « Il y en a plein derrière qui n’attendent que ça ! « , conclut-elle.

Après le Zénith de Paris en septembre-octobre, Les mille et une nuits d’Ali Baba partiront en tournée dans le reste de la France. Avec un bonus appréciable : outre une quarantaine de personnes sur scène, il y aura un vrai orchestre symphonique dans la fosse. Un luxe dont nous avions un peu perdu l’habitude avec l’utilisation de plus en plus généralisée d’une bande-son dans ce genre de spectacles.

Un spectacle pour tous
Que le succès soit ou non au rendez-vous, l’expérience aura fatalement et durablement marqué les deux jeunes gens. « Maintenant que j’ai goûté au théâtre et à la danse, ce serait difficile de m’en passer » déclare Sonia même si elle désire avant tout persévérer dans sa carrière de chanteuse. « Moi aussi, j’espère pouvoir continuer à jouer et à chanter, à mener les deux de front » dit quant à lui Sébastien qui écrit des textes qu’un ami pianiste met en musique. « Nous n’avons pas d’univers musical défini » précisent-ils en choeur, « on peut être touchés par le rap comme par la variété. En musique comme ailleurs, le métissage, c’est l’avenir« .

Un peu comme dans Ali Baba, lui aussi à la confluence de plusieurs styles. Dans l’album (comme ultérieurement dans le spectacle), on passe agréablement d’un univers musical à l’autre, comme on le ferait dans un film de Walt Disney. Je leur en fais la remarque. « C’est un grand compliment« , dit Sonia, « et d’ailleurs, j’ai toujours rêvé de faire une voix dans un grand dessin animé« . « Mais ce n’est pas un spectacle uniquement« , précise Sébastien, « c’est vraiment tout public« . Le message, bien rôdé, est asséné avec charme. Des jeunes gens aussi parfaits, ça ne devrait pourtant exister que dans Les mille et une nuits !

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire