Recherchez

Stories par la RB Dance Company (Critique)

Le jeudi 6 février 2020 à 0 h 43 min | Par | Rubrique : A voir, Actuellement, Critique, Nos coups de coeurs, Spectacles divers

Livret, chorégraphie, musique et mise en scène : Romain Rachline.
Scénographie : Federica Mugnai.
Lumières : Alex Hardellet.
Costumes : Margaux Ronsard et Janie Loriault.

Avec Enzo Boffa, Jordan Boury, Raffaele Lucania, Sandra Péricou, Angel Cubero, Geoffrey Goutorbe, Deborah Lotti, Manon Morgenthaler, Sacha Néel, Camille Rocher, Laetitia Authié, Marianne Campos, Tidgy Château, Lisa Delolme, Bryan Doisy.

Notre avis :
Oserait-on reconnaître que l’on est sorti du Casino de Paris, le 27 janvier dernier, la joue endolorie, et encore sonné ? Et oserait-on avouer que l’on était prêt à tendre l’autre joue de plaisir… Oui, assurément, et sans la moindre honte. Car la claque reçue ce jour-là, aussi monumentale – et collective – soit-elle, fut un intense moment de bonheur. Une leçon magistrale donnée à tous. Inattendue, époustouflante et qui plus est tricolore…
Cette claque se nomme Stories, et son auteur Romain Rachline Borgeaud. Formé à Alvin Ailey, il a longtemps évolué à New York au sein de la 360° Dance Company, avant de participer à des dizaines de shows aux États-Unis puis de revenir en France poursuivre sa carrière sur les planches. A Chorus Line, Hairspray, Jack’s Back (off off B’way), Cats, Anything Goes, Singin’ in the Rain, Le Bal des vampires à Mogador, 42nd Street au Théâtre du Châtelet… il s’est produit aux quatre coins du monde, avant de fonder en 2018 la RB Dance Company qui mêle jazz urbain et claquettes.

C’est cette discrète compagnie, tout juste âgée d’un an, qui a scotché une salle entière fin janvier, avec sa toute première création originale.
Présenté lors d’une soirée spéciale à Paris, Stories se veut un show entièrement dansé et narratif, mêlant musique, claquettes, danses contemporaines et sons urbains. Voilà pour le papier. Cest en réalité bien plus que cela. Une expérience visuelle exceptionnelle, qui célèbre les corps et la vie, dans un ballet ultramoderne, intense et esthétique, d’une perfection rarement vue en France.
Contant les tribulations d’un jeune acteur à succès, harcelé par son réalisateur, le spectacle donne le ton dès  les premières secondes : les peaux s’effleurent, les corps s’envolent, les silhouettes se poursuivent, s’apprivoisent, ou s’affrontent. Chaque geste est précis, chaque figure impeccable, chaque détail soigné. Au fil d’une dizaine de tableaux, où la scénographie géniale le dispute au talent des danseurs, le mouvement est permanent, le rythme haletant, et l’ensemble tout simplement saisissant.
Car rien ne fait défaut à Stories, pour qui l’expression « réglé au millimètre » semble avoir été inventée : les chorégraphies des danseurs frôlent le sublime, leurs enchaînements de claquettes atteignent la perfection. De superbes jeux d’ombres et de lumières (signés Alex Hardellet) et des effets de ralentis ajoutent à la beauté des scènes.  Pour couronner le tout – n’en jetez plus ! –, ajoutons une créativité et une scénographie des plus originales, faite de décors mobiles, qui paraissent, presque, eux-mêmes, prendre vie, et permettent, en un instant, de passer du hall d’un hôtel à une ruelle sombre, d’une prison à une salle de jeux clandestine… Le héros va jusqu’à sauter de l‘un à l’autre. Le mouvement du corps sur un décor en mouvement.
Le regard est captivé, il ne décroche plus. Et tandis que l’œil est figé, pris dans cette course-poursuite, sans temps mort, les claquettes battent la mesure, les notes de machine à écrire accompagnent la basse, et les corps vibrent au rythme d’un train, et d’une musique pop et puissante.
Étincelle dans cette atmosphère sombre et pesante, le remarquable Enzo Boffa illumine le plateau. Le public ne peut qu’accompagner ce jeune héros auquel il s’attache indéniablement, autant qu’il déteste l’étrange et malsain Stan (excellent Raffaëlle Lucania, maîtrisant parfaitement les expressions). Avec la sensuelle Sandra Pericou, ils offrent, à chaque tableau, une intensité et une puissance exceptionnelle, qui va crescendo. Car la tension monte. Le drame est sublimé. Il y a du West Side Story parmi les ombres et les fumées de cigarettes…
La scène finale arrive comme une libération. Comme un réveil. Et l’on prend conscience alors des innombrables heures de travail. On songe à l’exigence et à la rigueur, on imagine la sueur qui a permis la beauté. L’avalanche de superlatifs ne sera pas de trop pour restituer ce que l’on a vécu.
Romain Rachline Borgeaud et sa RB Dance Company ont donné naissance à un spectacle exceptionnel. Ce ballet moderne et audacieux, union d’efforts physiques et de grâce, de pulsions et de finesse, est à voir absolument. Stories ne se raconte pas, il se vit.

Stories au Casino de Paris
Jeudi 12 mars / vendredi 13 mars à 20heures
Réservations ici.

Pour en savoir plus: https://www.rbdancecompany.com/

Découvrez la bande-annonce du spectacle :

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : ,

Laisser un commentaire