Recherchez

Sweeney Todd – Le saignant barbier du seigneur de Broadway

Le jeudi 28 avril 2011 à 10 h 30 min | Par | Rubrique : Grandes oeuvres

La distribution originale de Sweeney Todd ©DR

La distribution originale de Sweeney Todd ©DR

Musique et Lyrics de Stephen Sondheim.
Livret de Hugh Wheeler d’après Sweeney Todd by Christopher Bond.

Création

A Broadway le 1er Mars 1979 au Uris Theatre, à l’affiche pour 557 représentations.Mise en scène de Harold Prince.
Chorégraphie de Larry Fuller.
Produit par Richard Barr, Charles Woodward, Robert Fryer.
Avec : Angela Lansbury, Len Cariou, Victor Garber, Ken Jennings, Merle Louise, Edmund Lyndeck, Sarah Rice & Cris Groenendaal.

Création à Londres le 2 Juillet 1980 au Theatre Royal Drury Lane, à l’affiche pour 157 représentations.

Création à Paris (en langue anglaise) au Théâtre du Châtelet le 22 avril 2011.

Principales chansons
Ballad Of Sweeney Todd, The Worst Pies in London, Johanna, Pretty Women, Epiphany, A Little Priest, By The Sea, Not While I’m Around

Synopsis
Londres au 19ème siècle. Sweeney Todd est un barbier, de retour dans la Capitale anglaise. Evadé de prison, il a perdu la trace de sa femme et sa fille qui ont été enlevées par le juge Turpin, celui-là même qui l’a fait emprisonner. Il retrouve madame Lovett, une cuisinière qui fabrique des tartes à la boulette de viande. Secrètement amoureuse de lui, elle a entretenu l’échoppe du barbier. Ensemble, ils ouvrent un commerce macabre : il tranche la gorge de ses clients, elle accommode les corps dans ses tartes à viande. Sweeney Todd retrouve la trace de sa fille. Il organise sa vengeance sur le juge Turpin et le tue avant de mourir lui-même au moment de retrouver sa femme devenue folle. Sa fille survit au carnage. Pour l’épilogue, la foule arrive sur les lieux du crime pour chanter que le monde est rempli de Sweeney Todd en quête de vengeance.

Le thème
D’un macabre délibérément outrancier, le saignant Sweeney Todd montre un individu broyé par la société. Victime des institutions représentées par le juge corrompu Turpin, il ne peut répondre qu’à travers la vengeance. Il y a un coté Kurt Weill/Bertold Brecht de l’Opéra de Quat’Sous dans la représentation d’une société où il faut écraser l’autre pour ne pas être soi-même victime. Autrement dit, l’homme est un loup pour l’homme. La métaphore prend une forme explicite avec le cannibalisme auquel se livrent les consommateurs des tartes de Madame Lovett. Le constat de pessimisme social est désespéré.

L’histoire derrière l’histoire
Cinquième collaboration entre Sondheim et le producteur-metteur en scène Harold Prince, le choix du texte vient de Sondheim qui est ensuite allé forcer la main de son complice à la mise en scène depuis Company. Broadway n’avait pas encore connu sur scène un tueur en série brandissant un rasoir en hurlant : « Enfin, mon bras est complet ! ». Sweeney Todd a une partition incroyablement dense et complexe : des choeurs quasi-religieux, de splendides ballades, des meurtres magnifiquement mis en musique, du comique d’opérette, des ensembles agités. L’atmosphère passe du calme au sauvage d’une chanson à l’autre. D’une audace macabre l’oeuvre a séduit des maisons d’opéra anglo-saxonnes.

Versions de référence
On distinguera le double CD de la distribution originale de Broadway (RCA Records 3379-2RC) avec Len Cariou et Angela Lansbury. L’enregistrement est excellent.

Il existe une nouvelle version, grâce à la reprise du show mis en scène par John Doyle en 2005 avec dans les rôles principaux Patti LuPone et Michael Cerveris. A noter que, dans cette production, tous les interprètes jouent eux-mêmes des instruments. Voilà qui offre une vision inédite de cette comédie musicale en lui insufflant un nouveau souffle.
Nonesuch- 7559-79946-2

Du coté de la vidéo, il existe maintenant deux captations : une représentation sur scène de 1982 avec George Hearn et Angela Lansbury, et une version de concert (en costumes) de 2001 toujours avec l’inusable George Hearn accompagné cette fois de Patti Lupone. La première référence est sortie en VHS (USA NTSC épuisé), la deuxième existe en DVD zone 2 édité au printemps 2002 (Warner Vision France IX1475EMFRD 6000 92320 5).

Enfin, une version cinématographique réalisée par Tim Burton avec Johny Depp et Helena Bonham-Carter est sortie aux Etats-Unis fin 2007, en France en 2008. Si de nombreuses portions de la partition ont été supprimés, ce film reste néanmoins une intéressante façon de découvrir cette oeuvre.

Vidéos
Extrait de la première tournée américaine (avec Angela Lansbury et George Hearn reprenant le rôle créé par Len Cariou)

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=J7LhNCK2axY[/youtube]

Bande-annonce du film de Tim Burton (2006)

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=L_hgrfZVlJA[/youtube]

Extrait de la production du Châtelet (2001)

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=y-DaLzQqDgM[/youtube]

Article mis à jour le 28/04/2011

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , ,

Un commentaire
Laisser un commentaire »

  1. Cette comédie musicale était tout simplement fabuleuse, en tout cas celle que j’ai vue passer à Paris en mai 2011 ! Et depuis, Sweeney Todd est sans doute mon tueur en série préféré, et il faut bien dire qu’il est sans conteste l’anti-héros le plus charismatique !
    Mais une chose à laquelle je ne m’attendais pas s’est produite il y a peu. Je viens en effet de découvrir le roman qui a construit la légende de Sweeney Todd. L’auteur en serait J.M. Rymer et il aurait écrit un roman feuilleton en Angleterre dans les années 1840. Or, chose encore plus extraordinaire encore, ce roman est sorti en français. Inutile de vous dire que je n’ai pas mis longtemps à me le procurer.
    Et je suis horrifié ! POURQUOI ? Pourquoi aucun éditeur n’avait eu l’idée d’en faire part au public français bien avant ? Plus de 150 ans pour traduire un pareil chef d’oeuvre, c’est un peu long, vous ne pensez pas !
    A qui veut découvrir l’histoire originelle de ce légendaire barbier, à qui aime se glisser dans les recoins les plus sombres de la capitale anglaise, ne laissez pas passer l’occasion de dévorer plus de 300 pages d’une ouvrage exceptionnel !

Laisser un commentaire