Recherchez

Articles tagués ‘ Camille Lou ’

La légende du roi Arthur (Critique)

dimanche 11 octobre 2015 | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Le nouveau spectacle de Dove Attia, une grande fresque musicale, plonge le public dans les décors de la Bretagne antique et les mystères de la féerie celtique.



Derrière le rideau de 1789

jeudi 14 novembre 2013 | Par | Rubrique : Critique, Divers

The show must go on. Une semaine après l’explosion accidentelle qui a causé la mort de son directeur technique, le spectacle 1789 Les amants de la Bastille va reprendre, vendredi 29 novembre. Et c’est tant mieux. Car toute l’équipe le mérite. La semaine dernière, tous étaient sur le pont pour leur grand retour parisien. Regard en Coulisse s’est faufilé derrière le rideau d’un show déjà applaudi par 600 000 personnes.



1789, Les Amants de la Bastille : une tournée puis un retour au Palais des Sports de Paris

jeudi 17 janvier 2013 | Par | Rubrique : En bref

1789, Les Amants de la Bastille part en tournée en France, Suisse et Belgique à partir du 1er février avant un retour au Palais des Sports à partir du 7 novembre.



1789, les Amants de la Bastille (Critique)

jeudi 17 janvier 2013 | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Le spectacle nous emmènera à une époque où toute une génération rêvait de changer le monde…



1789, les Amants de la Bastille – en tournée (Critique)

jeudi 17 janvier 2013 | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Le spectacle nous emmènera à une époque où toute une génération rêvait de changer le monde…



1789, les Amants de la Bastille (Critique)

jeudi 1 novembre 2012 | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Le spectacle nous emmènera à une époque où toute une génération rêvait de changer le monde…



Sortie du premier single de « 1789, Les Amants de la Bastille » le 19 décembre

mercredi 7 décembre 2011 | Par | Rubrique : En bref

Le 19 décembre sortira le premier single extrait du spectacle musical 1789, Les Amants de la Bastille, intitulé « Ca ira, mon amour » et interprété par Rod Janois.