Recherchez

Transparence (Critique)

Le dimanche 2 septembre 2012 à 11 h 15 min | Par | Rubrique : Critique, Spectacles divers

Lieu : Vingtième Théâtre - 7 rue des Platrières - 75020 Paris - M° Ménilmontant
Dates : Du 25 août au 7 octobre 2012
Horaires : Du mercredi au samedi à 21h30 et dimanche à 17h30
Tarifs : De 13€ à 25€

D’après le roman « O.N.U. soit qui mal y pense » de Roberto Garcia Saez
Un spectacle musical écrit et mis en scène par Benoît Guibert
Avec : Kader Boukhanef, Olivier Dote-Doevi, Jérôme Dupleix, Verena Gros, Hugo Horsin en alternance avec Bastian Verdina, Julie Lavergne en alternance avec Mélissa Broutin
Création musicale : Hugo Horsin
Chorégraphie : Alain Parage
Décor : Bruno Vitti

Déchu d’une épopée contemporaine en Afrique sous la bannière de l’ONU, un diplomate humanitaire revit la gloire de son ascension et la chute douloureuse qui s’en est suivie. Tirée d’un « polar humanitaire » écrit par un ex-fonctionnaire de l’ONU, cette création musicale inspirée d’une histoire vraie dévoile avec humour les coulisses de l’organisation internationale tentaculaire. Accompagnés par un pianiste bonimenteur, six personnages créent un univers énigmatique et passionnant avec enthousiasme et bonne humeur.

— Notre avis:

Est-il un sujet moins drôle que l’ONU dont l’impuissance chronique fait craindre pour la paix et le respect d’un minimum d’humanité à travers le monde ? Transparence est une plongée dans l’univers impitoyable du « business » onusien mené par des fonctionnaires-mercenaires tentés par la realpolitik et faisant carrière sur un terreau de misère.

C’est dans ce contexte peu propice à la comédie musicale que prend forme une histoire finalement humaine. Le personnage principal, cadre à haut potentiel qui émarge un salaire à six chiffres non imposable, mène un projet de développement en Afrique en privilégiant son réseau de connaissances, certes avec la louable intention le faire avancer plus vite mais à la limite de la légalité. C’est le dilemme de tout dirigeant naviguant en eaux troubles entre transparence et efficacité. On ne comprend que progressivement les imbroglios de la technocratie humanitaire, mais la narration est prenante, agrémentée de bons mots et soutenue par une mise en scène ingénieuse pleine de clownerie. Pour finir, l’intrigue prend des airs de Catch Me If You Can, comme le suggère d’ailleurs le visuel sur l’affiche du spectacle.

Malgré la technicité du propos, le texte de Benoît Guibert est fluide et truffé de pépites. Les lyrics des quelques chansons réjouiront les adeptes du théâtre musical qui pourraient regretter que Transparence ne soit pas vraiment une comédie musicale. Mais les thèmes musicaux et les pas de claquettes (purement symboliques) sont répétitifs et modestement interprétés par une troupe d’acteurs nettement plus à l’aise dans le jeu que dans l’art multi-disciplinaire. Parmi ces derniers, Jérôme Dupleix et Julie Lavergne campent des seconds rôles attachants et effectuent un remarquable travail de « supporting actors » au sens littéral du terme.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : ,

Un commentaire
Laisser un commentaire »

  1. Encore une jolie découverte au Vingtième Théâtre.
    Sur un thème qui semble assez peu fun, un spectacle bien écrit et à l’histoire passionnante.
    Bien que ca ne soit pas à proprement parlé une comédie musicale – il y a CERTES un accompagnement musical et quelques scènes chantées -, le spectacle est rythmé, bien mis en scène et les 5 personnages sont intéressants et bien interprétés.
    Vous n’avez que jusqu’au 7 octobre pour voir cette Transparence … n’hésitez pas.

Laisser un commentaire