Recherchez

Turandot – La princesse de mort

Le mercredi 1 septembre 1999 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Grandes oeuvres

Giacomo Puccini ©DR

Giacomo Puccini ©DR

Opéra en trois actes de Giacomo Puccini (musique) sur un livret de Giuseppe Adami et Renato Simoni, d’après la pièce de Carlo Gozzi

Création
Le 25 avril 1926 à la Scala de Milan sous la direction d’Arturo Toscanini

Airs principaux
Popolo di Pekino, Signore ascolta, Non piangere Liù, In questa reggia, Nessun dorma, Tu chi di gel sei cinta, Principessa di morte

Synopsis
Près des remparts de la Cité Interdite de Beijing, les têtes des infortunés prétendants à la main de la princesse Turandot sont empalées au bout de piques : ils ont échoué à résoudre les trois énigmes posées. Dans la foule, trois fuyards circulent incognito : le roi tartare aveugle Timur, son fils le prince Calaf et l’escalve Liù. Survient Turandot à la terrible beauté dont Calaf tombe aussitôt éperdument amoureux. Il décide de tenter d’obtenir sa main.

Le jeune homme est bien entendu vainqueur des épreuves imposées mais Turandot supplie son père l’empereur de ne pas la donner à cet inconnu malgré sa promesse. Piqué, celui-ci lui offre de revenir sur sa parole si elle parvient à découvrir son identité avant l’aube. Pour les obliger à révéler le nom du prince, Turandot fait arrêter Timur et Liù. Plutôt que de le trahir, la jeune esclave se suicide.

Calaf reproche sa terrible cruauté à Turandot mais l’attraction entre eux est si forte qu’il ne peut s’empêcher de lui révéler son nom, se mettant ainsi à sa merci. Vaincue à son tour, elle annonce que le nom de Calaf est… « Amour ». Les noces sont aussitôt célébrées.

Le thème
Ouvrage posthume de Puccini, on voit souvent dans Turandot la somme d’une oeuvre symbolique d’un temps où l’opéra pouvait émouvoir les foules tout autant que l’élite. Les hommes sont faibles et ce sont les femmes qui font tourner le monde, qu’elles soient des vierges sacrificielles (Liù s’apparente ainsi à Butterfly ou à Mimi) ou mantes vénéneuses semant le malheur sur leur passage (Turandot ou Tosca – involontairement dans ce dernier cas). Néanmoins, la fin (relativement) heureuse augure de ce qu’aurait pu donner un Puccini enfin un peu plus apaisé…

L’histoire derrière l’histoire
Puccini était mort depuis un an et demi quand l’oeuvre, achevée par Franco Alfano selon les dires du maître, fut présentée à la Scala de Milan. Au passage du 3ème acte où Liù se suicide, le grand chef Arturo Toscanini posa sa baguette et déclara au public : « L’opéra s’arrête ici car c’est à cet endroit que mourut le maestro ».

Comme souvent chez Puccini, les portraits de femmes sont infiniment supérieurs à ceux des hommes et on réduit souvent Turandot à l’affrontement entre la princesse et l’esclave pour le coeur de Calaf. Suivant les distributions, les critiques et le public prennent souvent d’ailleurs parti pour l’une ou l’autre.

En 1998, Turandot a été représenté devant la Cité interdite de Beijing, sur les lieux mêmes de son action, au cours d’un événement de portée tout autant politique que musicale.

Version de référence
Il existe bien entendu de très nombreuses bonnes versions de Turandot mais nous vous proposons de commencer par ce sompteux double CD qui date de 1973. Zubin Mehta dirige un London Philarmonic Orchestra un brin imbu de lui-même, mais quelle distribution ! Joan Sutherland est une Turandot de haute volée et Montserrat Caballé une Liù époustouflante. Quant au Calaf de Luciano Pavarotti, que dire sinon que son « Nessun dorma » est désormais une légende de la discographie. DECCA 414 274-2 DH 2

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : ,

2 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. UN GRAND MERCI POUR CET XTRAIT DE TURANDOT ET DE POUVOIR ECOUTER ENCORE ET ENCORE LUCIANO PAVAROTTI DANS CE NESSUN DORMA ET EN PLUS L AIR DE MIMI DANS LA BOHEME LE MIRACLE D INTERNET C EST CELA POUVOIR RE ECOUTER DES AIRS D OPERA QUI ONT ILLUMINE TOUTE VOTRE VIE LA SCALA DE MILAN UN REVE SI PEU ACCESSIBLE MERCI…..

  2. UN GRAND MERCI POUR CET XTRAIT DE TURANDOT ET DE POUVOIR ECOUTER ENCORE ET ENCORE LUCIANO PAVAROTTI DANS CE NESSUN DORMA ET EN PLUS L AIR DE MIMI DANS LA BOHEME LE MIRACLE D INTERNET C EST CELA POUVOIR RE ECOUTER DES AIRS D OPERA QUI ONT ILLUMINE TOUTE VOTRE VIE LA SCALA DE MILAN UN REVE SI PEU ACCESSIBLE MERCI….. NON CEST LA PREMIER CONTACT N RVANCHE J AI PEUT ETRE DEJA COMMUNIQUE MON MAIL VOUS M AVEZ DMANDE DE LE RETAPER PS JE DBUTE SUR INTERNET VIA UNE TBLETTE SIC TRANSIT GLORIA MUNDI…..

Laisser un commentaire