Recherchez

Un jour ça ira (Critique)

Le mardi 13 février 2018 à 12 h 11 min | Par | Rubrique : Cinéma, Critique

Autant le dire : un chouette documentaire en partie musical, à découvrir.

Documentaire de 90 minutes

réalisé par Stan Zambeaux – écrit par Stan et Edouard Zambeaux

Djibi et Ange, deux adolescents à la rue se retrouvent dans un centre d’hébergement d’urgence. Au coeur de cet archipel qui les protège du pire, ils affrontent des vents mauvais, des vents contraires mais ils cherchent sans relâche le souffle d’air qui les emmènera ailleurs. Et c’est avec l’écriture et le chant qu’ils s’envolent…

 

Notre avis : Ce documentaire relate la vie dans un centre d’hébergement d’urgence, l’Archipel, aujourd’hui fermé, qui voit cohabiter des familles de diverses nationalités. Aucun misérabilisme ici : les activités proposées dans ce lieu, surtout à destination des enfants sont mises en avant. Elles participent d’une émancipation, d’une prise de conscience et permettent également de passer des moments d’enfance heureux, même si, bien entendu, une plus grande stabilité pour toutes ces familles s’avère indispensable, à commencer par le domicile.

En effet la vie dans ce centre aurait déjà pu être une première étape vers une adaptation au rythme parisien, à retrouver ses repères, s’en créer d’autres, si ce n’est que la fermeture prochaine implique une dissolution totale. Les liens qui se créent entre ces familles sont amenés à se distendre, il faut tout recommencer. Ce déménagement se fait en plusieurs étapes, nous assistons au départ de résidants tandis que d’autres restent, pour un temps limité. S’attacher ou pas aux lieux ? Tenter de se projeter dans un avenir incertain ? Autant de questions qu’aborde, en creux, de film.

La réalisation, dénuée de tout voyeurisme, capte au plus près les réactions des protagonistes. Appelés à écrire ce qu’ils vivent afin que ces paroles recueillies deviennent un grand article dans Libération, les enfants se plongent dans cet exercice. Tout comme celui d’écrire des chansons, qui seront mises en musique et enregistrées. L’un des points forts du documentaire étant la restitution devant les résidants de ce travail, un beau moment d’émotion. Un documentaire à découvrir, tout comme le travail musical qui bénéficie d’un site dédié. Vous pourrez entendre les belles chansons composées et interprétées en partie par les enfants, encadrés par l’association Fausse Note et Peggy Rolland. De nombreuses informations complètent le site.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire