Recherchez

Vartoch’ – Plus vrai que nature

Le samedi 1 novembre 2008 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Talent à suivre

Vartoch dans Les Aventures de Rabbi Jacob © Patrick Carpentier

Vartoch dans Les Aventures de Rabbi Jacob © Patrick Carpentier

Vartoch’, d’où vous vient votre amour pour la comédie musicale ?
Depuis tout petit, j’ai toujours aimé les films musicaux quand ils passaient à la télé pendant les périodes de Noël : Certains l’aiment chaud, Les aventures du docteur Dolittle, Peau d’Ane et les shows des Carpentier qui étaient des mini comédies musicales en soi, surtout ceux de Sylvie Vartan ! J’aime les vraies comédies musicales, mais pas trop les françaises à part Ali Baba, Rabbi Jacob, ou encore Chance, Créatures, Panique à bord, et Cabaret des hommes perdus

Quel est votre parcours artistique ?
J’ai participé à l’atelier Michel Fugain et pris des cours de modern’ jazz pendant dix ans. Ensuite, j’ai commencé dans la chorale Choeur Accord qui est devenue par la suite Les Caramels Fous. J’ai fait divers concerts avec mes chansons, j’ai été barman/chanteur au Piano Zinc et j’ai joué dans la création des Années Twist à Agen, puis au Palais des Sports et aux Folies Bergère. Ensuite, j’ai joué dans Peines de coeur d’une chatte française d’Alfredo Arias, où j’incarnais six personnages. Il y a deux ans j’ai fait partie du Bourgeois Gentilhomme, mis en scène par Alain Sachs.

Quelle impression cela fait-il de travailler sur une production aussi importante que Rabbi Jacob ?
Rien de plus qu’avec les autres (rires). Quand j’ai entendu parler du projet, je me suis dit « je veux en faire partie ». J’ai mis toutes les chances de mon côté, j’étais très motivé et au final, je joue dedans ! Je suis très content du rôle de Rabbi Jacob, c’est peut être un second rôle mais je m’amuse beaucoup à l’interpréter et à parler avec l’accent yiddish. C’est un rôle de composition et j’aime ça! J’aimerais jouer plus en temps que comédien. On verra ce que l’avenir me réserve !

Comment se sont passées les répétitions ?
Nous avons eu deux mois et demi de répétitions, ça a été très éprouvant et fatigant (contrairement aux autres spectacles). Nous avons attendu pas mal d’heures pour des raisons techniques, de planning musical… Ce spectacle demande beaucoup de déplacements de décors, de trucages, etc. Bref, à la fin, nous étions tous épuisés. Ce qui nous a aidé est la solidarité au sein de la troupe et le miracle s’est fait le jour de la première!

Quel type de metteur en scène est Patrick Timsit ?
Patrick est un metteur en scène très cool. C’est très agréable de travailler avec lui, c’est un peu l’esprit de famille ! Par contre, qu’est-ce qu’il parle! (rires)

Avez-vous eu des indications particulières pour travailler votre personnage ?
Non, à part ma démarche : Patrick voulait que je marche en faisant des petits pas et que je parle avec l’accent yiddish. Sinon, il nous laissait libres pour le jeu en faisant quelques rectifications qui étaient toujours très justes.

Avez-vous été influencé par le film ?
J’ai travaillé l’accent en regardant le film et en écoutant Popeck. Mon personnage est très similaire à celui de Dalio mais c’est un peu normal, avec l’accent yiddish, ça ne peut être que ressemblant !

Avez-vous déjà des projets après Rabbi Jacob ?
Je vis au jour le jour! Je serai toujours, tous les lundis, au Gai Moulin où je chante accompagné par François Debaecker. Je joue également des spectacles pour enfants au Mélo d’Amélie et je prépare le prochain Eurovartovision [NDRL : parodie de l’Eurovision que Vartoch’ organise depuis de nombreuses années].
Je vais également remonter un spectacle sur Mistinguett et Chevalier, écrire une comédie musicale avec ma soeur – ça s’appellera Blat’s ! -, enregistrer des chansons pour un album, essayer de participer à l’Eurovision, et j’ai plein d’autres projets mais encore flous ! Ah oui, les propositions sont les bienvenues, par exemple dans la suite du Cabaret des hommes perdus ou celle de Panique à bord !

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : ,

Laisser un commentaire