Recherchez

Vincent Heden, ombre des Folies Bergère

Le vendredi 9 mai 2014 à 15 h 47 min | Par | Rubrique : Rencontre

Photo : © Bruno Barbazan

Photo : © Bruno Barbazan

Quelle est votre vision de Love Circus et quel rôle y tiendrez-vous ?

Je vais y jouer « Ombre », un personnage qui fait office avec « Cadette » (Lola Ces) de maître de cérémonie des Folies Bergère, « grand temple de l’amour ». Ainsi commence le spectacle où deux thèmes se rencontrent : l’essence de l’amour et l’univers circassien. Les numéros visuels seront mêlés au chant et intégrés aux histoires et aux événements plus ou moins inattendus… Tout cela se déroulera dans un univers assez étonnant, avec une atmosphère un petit peu grinçante et qui se veut en même temps très joyeuse, très excentrique… Pour moi il y a un peu de Tim Burton dans ce monde de Love Circus.

Musicalement, à quoi ressemblera ce spectacle ?

J’ai l’impression qu’il va y avoir une identité beaucoup plus particulière et marquée que dans les deux autres spectacles de Stéphane Jarny : ceux-ci racontaient une époque, la musique en elle-même racontait déjà quelque chose et il fallait respecter chaque morceau. Avec Love Circus on est beaucoup plus libre, le thème de l’amour balaie toutes les périodes. Paradoxalement c’est donc plus difficile. Il faut se fixer des limites, tenir vraiment compte des textes des chansons… C’est un point majeur de notre travail en ce moment : les chansons françaises racontent toujours une petite histoire ; soit elles deviennent un numéro à part entière où la petite histoire se raconte dans la grande, soit le titre s’inscrit complètement dans le récit que l’on raconte. Finalement, avec plus de chansons françaises que dans Disco, Love Circus sera sans doute davantage construit comme un musical où les chansons font avancer l’action. D’ailleurs, contrairement aux précédents shows, nous nous autoriserons peut-être à adapter, détourner les morceaux comme on le souhaite, puisqu’il n’y a pas de référence, de repère pour le public ou d’ambiance musicale à respecter. Enfin, de nouveaux arrangeurs musicaux vont amener leur touche. La liberté est donc totale, et le résultat sera peut-être surprenant.

Que vous inspire le fait d’avoir été de nouveau choisi pour ce troisième show, après Salut les Copains et Disco?

C’est tout à la fois ! Un immense plaisir, une marque de confiance qui m’honore et la joie de tous se retrouver. L’esprit de famille sera sur scène, mais pas seulement ! Naturellement il y a aussi une part de stress : nous venons d’offrir à deux reprises au public quelque chose qu’il a aimé, qu’il a trouvé légitime, cela va-t-il aussi bien se passer sur ce 3ème spectacle ? Va-t-on retrouver la même fraicheur, la même envie, va-t-on s’étonner de la même façon ? Il y a toujours cette petite angoisse, ces doutes mais ils sont inhérents à chaque nouvelle aventure… Rien de nouveau !

D’ici là, vos pas vous mènent dans le sud…

En ce moment je répète en effet à l’Opéra de Nice l’Affaire Dreyfus, le spectacle de Didier van Cauwelaert et Michel Legrand. Ce projet dont on parle depuis longtemps va enfin voir le jour. C’est une création qui réunit à la fois des comédiens, des chanteurs d’opéras, des artistes venus d’univers très différents. J’ai la chance d’y jouer le capitaine Dreyfus, entouré de Pierre Cassignard dans le rôle de Esterhazy, de Rachel Pignot dans celui de Lucie Dreyfus, ma femme, ou encore de Sophie Tellier dans celui de Berthe Henry, le tout avec l’Orchestre Philharmonique de Nice. Nous serons sur scène du 16 mai au 6 juin.  Et dès la rentrée je retrouve les Folies Bergère, car en plus des répétitions et des arrangements de Love Circus, je m’occupe en parallèle des arrangements de Salut les Copains qui sera repris du 2 au 12 octobre 2014 dans cette même salle.

 

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , ,

Laisser un commentaire