Recherchez

Wonderful Toulon

Le mardi 30 janvier 2018 à 1 h 11 min | Par | Rubrique : En bref

L’Opéra de Toulon, on le sait, est habitué à programmer régulièrement des comédies musicales américaines peu connues du public français. Il n’est donc pas surprenant que, après Street Scene en 2010, Follies en 2013 et Sweeney Todd la saison dernière… ce soit Wonderful Town qui soit à l’affiche du théâtre provençal. On s’en réjouit même… puisqu’il s’agit de la création française de l’œuvre de Leonard Bernstein.

Que ce musical créé en 1953 ait tardé à trouver son chemin jusqu’à sa première scène dans l’Hexagone est peut-être à mettre sur le compte d’un livret à qui fait défaut le rythme d’une intrigue qu’on aimerait plus étoffée : deux sœurs débarquées de leur Ohio provincial s’installent à New York pour concrétiser leurs aspirations professionnelles et artistiques mais se retrouvent la proie d’hommes peu scrupuleux à tous égards. Les quelques revendications politiques qui surgissent au détour des lyrics, dont certaines sont pourtant encore d’actualité, se retrouvent noyées au milieu d’une histoire qui n’avance pas mais sert de prétexte à des numéros et à des portraits bien trempés.

En effet, la partition est surtout passée à la postérité pour ses songs et ses ensemblesA Little Bit in Love, Ohio, A Quiet Girl, Swing, What a Waste, Conga, It’s Love, Wrong Note Rag –, de véritables pépites représentatives du talent du compositeur de West Side Story, capable aussi bien d’inventer d’inoubliables mélodies sensuelles ou nostalgiques qu’on sifflote sans retenue que de brillantes séquences rythmées d’inspiration jazzy ou latino-américaines qui donnent envie de danser jusqu’à épuisement.

La production toulonnaise exploite ces nombreux moments avec brio, sous la direction musicale de Larry Blank et la mise en scène d’Olivier Bénézech, dans des tableaux aux costumes et décors colorés, et aux chorégraphies enlevées et exécutées avec maîtrise. La magnifique équipe de comédien-ne-s chanteur-se-s est couronnée par le savoir-faire vocal et la justesse d’interprétation de Jasmine Roy dans le rôle de la sœur aînée, Ruth Sherwood, dont l’allure n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle de Rosalind Russell, la créatrice du rôle.

Trois dates seulement, les 26, 28 et 30 janvier, étaient programmées pour aller découvrir cette œuvre. Pour les retardataires et les absents, France Télévisions a réalisé une captation.

Direction musicale : Larry Blank
Mise en scène : Olivier Bénézech
Chorégraphie : Johan Nus
Scénographie : Luc Londiveau
Costumes : Frédéric Olivier
Conception vidéo : Gilles Papain
Lumières : Marc-Antoine Vellutini
Collaboration à la mise en scène : Alyssa Landry
Jasmine Roy (Ruth Sherwood), Rafaëlle Cohen (Eileen Sherwood), Dalia Constantin (Helen), Lauren Van Kempen (Violet), Alyssa Landry (Mrs Wade), Maxime de Toledo (Robert Baker), Thomas Boutilier (Wreck), Franck Lopez (Lonigan), Jacques Verzier (Appopolous, 1er éditeur), Scott Emerson (Speedy Valenti, Guide, 2e éditeur, Shore Patrolman), Sinan Bertrand (Frank Lippencott, Fletcher), Julien Salvia (Chick Clark), Jean-Yves Lange (un client, un policier), Didier Siccardi & Antoine Abello & Jean Delobel & Patrick Sabatier (quatre policiers), Grégory Garell (un homme)
Danseurs : Audjyan, Mômô Bellance, Ophélie De Cesare, Alizée Duvernois, Sabrina Giordano, Utku Bal, Thomas Bimai, Loïc Faquet, Grégory Garell, Jonathan Gimbord, Lionel Kapamba, Hakim Ouhibi
Orchestre et Chœur de l’Opéra de Toulon

Articles liés :

La comédie musicale West Side Story à Bordeaux
Le Châtelet dévoile sa saison 2012-2013
West Side Story en concert (Critique)
Stage Chansons Z'à Jouer : French Broadway
Une nuit à Broadway... à l'Opéra de Toulon
Stage conventionné AFDAS - Préparation d’audition à la comédie musicale

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , ,

Laisser un commentaire