Recherchez

Yadja ou la tête ailleurs

Le mercredi 17 mars 2004 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Spectacles divers

Lieu : Théâtre de l'Opprimé - 78 rue du Charolais,75012 Paris (M° Reuilly-Diderot, Montgallet, Dugommier, Gare de Lyon)
Dates : du 17 mars au 11 avril 2004
Horaires : du mercredi au samedi à 20 h 30, dimanche à 17 h
Informations supplémentaires : 01 43 40 44 44

Pièce de Blanca Mezner et Dan Wolman
Mise en scène de Zohar Wexler
avec Talila Gutwilig

C’est l’histoire d’une femme. Jeune fille, elle pensait être polonaise. Mais il y eut cette guerre, et elle était juive. Yadja se retrouve après la guerre à Tel-Aviv. Déracinée et hantée par l’horreur, elle s’accroche à la vie. Mais que se passe-t-il dans sa tête ?

C’est un sujet délicat qui est ici abordé : comment peut-on continuer à vivre après avoir vécu l’enfer des camps ? Cette pièce permet au spectateur de prendre conscience qu’une fois sorties de la guerre, les victimes ne sont jamais débarrassées des atrocités qu’elles ont subies. Elles reviennent inlassablement se glisser dans leur quotidien.
C’est une mise en scène très sobre que signe ici Zohar Wexler où tout est mis en oeuvre pour soutenir ce texte si fort. Des décors réduits à deux écrans où sont projetés des photos ou images d’ambiance, au jeu de Talila Gutwilig, si poignante et si sincère dans son interprétation. Elle réussit par son talent à emmener le spectateur au fil de son monologue dans ses pensées et ses souvenirs qu’ils soient bons ou mauvais. Certes, ce n’est pas un spectacle grand public, car le sujet est dur et l’investissement du spectateur est nécessaire pour suivre comprendre et ressentir cette histoire. C’est peut-être là, un moindre prix à payer car c’est une leçon de vie et d’histoire qui nous est présentée.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire