Recherchez

Yamin Dib – Le portier de la Cité d’Oz

Le mercredi 1 avril 2009 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Talent à suivre

Yamin Dib alias le portier de la Cite d Oz ©DR

Yamin Dib alias le portier de la Cité d'Oz

Quelle est votre formation ?
J’ai commencé par entrer au conservatoire à côté d’Annecy (d’où je suis originaire) pendant deux ans. Je suis ensuite parti un an et demi en Italie avec une troupe professionnelle où j’ai appris les rudiments de la commedia dell’arte. Je me suis finalement installé à Paris, où j’ai suivi quelques cours de théâtre au Cours Florent, avant de me lancer. J’ai commencé par faire de la figuration. Les petits rôles et les castings sont arrivés dans un deuxième temps. J’ai également commencé à prendre des cours de chant, mais c’était cher… Le spectacle Les mille et une vies d’Ali Baba m’a permis de rencontrer Richard Cross. Ce fut l’occasion de prendre conscience de mes lacunes. Il m’a suivi pendant toute l’aventure, et j’ai pu ainsi travailler plus précisément. Néanmoins, je ne me considère pas comme un chanteur avec une carrière devant lui. Ce que j’aime avant tout c’est la comédie ! Je m’aperçois d’ailleurs sur Dothy et le magicien d’Oz que ma voix se fatigue vite et qu’il faut que je la muscle.

Que représente pour vous la comédie musicale ?
Ce que j’aime dans la comédie musicale, c’est qu’elle me permet d’allier le chant et la comédie. C’est une manière plus ludique de faire de la scène.

Yamin Dib en répétitions ©DR

Yamin Dib en répétitions ©DR

On vous a découvert dans Les mille et une vies d’Ali Baba en 1999/2000. Quel rôle aviez-vous et quel souvenir gardez-vous de cette expérience ?
J’avais deux rôles : le marchand d’esclaves qui ouvrait le spectacle et l’un des voleurs. Ce fut une belle aventure humaine, professionnelle, riche en émotions. Dommage que nous n’ayons pas eu le succès escompté. La tournée a été un bonheur, et j’ai beaucoup apprécié tout le travail effectué en amont au Zénith de Toulon, pendant un mois et demi. C’est à cette occasion que j’ai rencontré Isabelle Camus, productrice, qui m’a remarqué, et m’a proposé de participer à la série Un gars, une fille.

Effectivement, vous jouez également dans des séries, des pubs et au cinéma. Quelle est votre discipline préférée ?
Aucune ! Le travail de comédien est le même quel que soit le plateau. La publicité peut être marrante, intéressante si on laisse la créativité du réalisateur s’exprimer. Côté cinéma, je viens de tourner avec Jean-Pierre Jeunet pour son dernier long-métrage. C’est une grosse artillerie avec beaucoup de vedettes. Il a la particularité d’être ultra-précis. Nous avons eu beaucoup de répétitions avant de tourner et très peu de prises. C’est une expérience où la pression est palpable, mais c’est très intéressant ! J’aime aussi beaucoup jouer dans Caméra Café ! Le rythme est plus dense : on tourne cinq sketches par jour. La prochaine saison va être diffusée en septembre.

Quelle est votre plus belle rencontre ?
L’une de mes plus belles rencontres remonte à l’époque où j’étais GO, au Club Med, au Sénégal, en 1992. Un homme me tape sur l’épaule, me fait des compliments sur ma prestation et me propose de prendre un café. On parle cinéma, théâtre, il me pose des questions sur ce que je veux faire, me parle technique de l’acteur et là seulement je percute : il s’agissait de Patrice Leconte ! Il m’a remis sa carte pour que je l’appelle, ce que j’ai fait six mois après… Et là, non seulement il ne m’avait pas oublié, mais il m’a donné mon premier rôle au cinéma dans Tango, aux côtés de Richard Bohringer… C’est quelqu’un de très fidèle. Je suis toujours en contact avec lui.

Décrivez-nous un peu vos personnages dans Dothy et le magicien d’Oz…
Je suis, pour commencer, le maire des Munchkins, un personnage haut en couleur, un peu irréel, et, dans le deuxième acte, j’interprète le portier de la cité d’Oz, tout en vert. C’est un personnage plus imposant, un peu tonitruant, dans l’ombre du magicien d’Oz, avec une dimension clownesque. Ce sont deux rôles différents, très sympas à jouer, qui m’ont donné l’occasion de mettre en pratique tout ce que j’avais appris de la Commedia dell’arte.

Ce n’est pas trop dur de jouer trois fois par jour ?
Si, c’est l’horreur ! Un vrai marathon ! Trois représentations par jour, c’est physique. Nous ne disposons que de trois quarts d’heure de pause entre chaque spectacle… Quelquefois, j’avoue qu’il m’arrive de me mettre en pilotage automatique ! Mais ce rythme trépidant nous a permis de nous roder, de trouver plein de choses sur scène. Les liens se sont tissés. La coupure nous a permis de digérer. On revient avec un spectacle qui a bien marché, alors on doute moins. J’ai compté : au total, nous avons fait 32 représentations en 12 jours au mois de février !

Comment se sont passées les répétitions ?
Ce fut trois semaines très intenses. Je ne connaissais pas Marie Facundo, ni David Alexis avec qui je me suis très bien entendu. J’ai fait connaissance avec Sophie Delmas, qui est très professionnelle, rigoureuse et créative. Evidemment, il y avait des tensions, mais elles étaient uniquement liées au travail, à l’enjeu et à l’urgence. Nous avons néanmoins réussi à créer une ambiance de troupe, avec une véritable énergie et une alchimie de travail. Tout le monde était de bonne composition.

Que retirez-vous de cette expérience ?
Ça faisait sept ou huit ans que je n’étais pas monté sur scène. Le casting s’était vraiment très bien passé et m’avait insufflé à nouveau l’envie. Je suis content de l’avoir fait avec un spectacle vivant et deux vrais rôles à défendre. De plus, j’ai eu la chance que François Chouquet étoffe le personnage du portier pour moi. Aujourd’hui je me régale.

D’autres projets en vue ?
Je vais finir le tournage de la dernière saison de Caméra Café jusqu’à la mi-juin. Et je prépare un programme court pour la télévision : Le sens des mots sur l’origine étymologique des expressions françaises. France 5 est intéressée !

Articles liés :

Dothy et le Magicien d'Oz - Entrez dans le monde d'Oz
Marius 2009 : les lauréats
La comédie musicale Mozart, L'Opéra Rock dévoile de nouveaux visages
DVD : Dothy et le Magicien d'Oz
1789, les Amants de la Bastille (Critique)
1789, les amants de la Bastille : le nouveau clip !

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : ,

Laisser un commentaire