Recherchez

Zorro (Critique)

Le mercredi 17 octobre 2012 à 10 h 17 min | Par | Rubrique : A l'affiche, Critique, Jeune public

Lieu : Théâtre des Variétés - 7 Boulevard Montmartre 75002 Paris
Dates : Du 07 octobre 2012 au 05 janvier 2013.
Horaires : 14 h les dimanches et certains jours en période de vacances scolaires
Tarifs : A partir de 15 euros
Informations supplémentaires : http://www.theatre-des-varietes.fr/spectacles/zorro.html

Zorro au Théâtre des Variétés (DR)

Un spectacle d’Igor de Chaillé et de Jean-Philippe Daguerre
Mise en scène de Jean-Claude Camors
Avec Alex Disdier (Zorro/Don Diego), Pauline Caupenne (Dolores), Jacopo Menicagli (Monastorio), Yves Roux (Le Gouverneur), Salvatore Ingoglia (Sergent Garcia), Emilien Fabrizio (Alvarez), Annick Cisaruk (Dona Rosa), Antoine Guiraud (Bernardo), Jacqueline Berces (Alba), Antonio Matias (Rodrigo el péon), Olivier Troyon (Garde)

Trois ans après le Zorro musical de Stage Entertainment aux Folies Bergère, le vengeur masqué reprend du service dans une production plus modeste, davantage destinée au jeune public. Contrairement au précédent spectacle qui relatait la « naissance » du héros, mettant en exergue la psychologie des personnages et le contexte social, sont évoqués ici tous les ingrédients qui ont fait le succès des adaptations à l’écran : le fidèle Bernardo, le pataud sergent Garcia, le terrible caporal et même Tornado. De fait, le récit s’apparente à un épisode de la série culte et en reprend les péripéties : Zorro lutte contre le méchant, Zorro tente de conquérir la belle Dolores, Zorro tente de s’échapper… Le spectacle est donc de facture plutôt classique, ne s’embarrassant guère de second degré mais offrant aux plus jeunes le Zorro qu’ils attendent. Pour ce faire, la troupe remplit sa mission honnêtement, au fil d’un récit rapide où s’intègrent quelques jolis morceaux musicaux. Remportant les suffrages, Antoine Guiraud interprète Bernardo remarquablement, mettant son art du mime au service de son éloquent personnage. Salvatore Ingoglia, campe, quant à lui, un Garcia généreux et attachant. En revanche, on reste un peu sur notre faim concernant le personnage de Zorro, qui semble impassible et quelque peu terne face aux autres protagonistes. Fort heureusement, il prend de la consistance dans les scènes de combat, qui constituent le véritable point d’orgue du spectacle. Parfaitement chorégraphiées, les séquences d’épée sont réussies et rythment la narration, captivant les jeunes spectateurs. D’ailleurs, lorsque le rideau se baisse, les enfants ne parlent que de ça, signe que Zorro remplit toujours sa mission.

 

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

Laisser un commentaire