Recherchez

Zorro le Musical

Le mercredi 11 novembre 2009 à 18 h 15 min | Par | Rubrique : A l'affiche, Critique, Théâtre musical

Lieu : Folies Bergère - 32 rue Richer, 75009 Paris (M° Cadet ou Grands Boulevards)
Dates : A partir du 5 novembre 2009.
Horaires : Du mardi au samedi à 20h. Samedi et dimanche à 15h.
Tarifs : De 24 à 89 €.

zorro_verthdD’après le roman de Isabel Allende.
Mise en scène : Christopher Renshaw.
Chorégraphie : Rafael Amargo.

Avec : Laurent Ban (Zorro), Benoît de Gaulejac (sergent Garcia), Geraldine Larrosa (Ines), Georges Beller (vieux gitan / Don Alejandro), Yan Duffas (Ramon) & Liza Pastor (Luisa).

Durée : 2h10 + 20 min d’entracte.

Même si Zorro s’est déjà joué avec succès à Londres pendant un an, ce troisième musical produit par Stage Entertainment France n’arrive pas précédé d’une renommée internationale comme Cabaret et Le Roi Lion, ses deux précédentes productions. Pourtant une fois encore, qualité artistique et émotions sont au rendez-vous.

Le jeune Diego de la Véga, envoyé en Espagne par son père gouverneur du pueblo de Los Angeles pour parfaire son éducation, rencontre un groupe de gitans (d’où la musique des Gipsy Kings) dont il adopte vite le mode de vie. Apprenant la mort de son père et la prise de pouvoir de son frère Ramon qui fait régner la terreur, il rentre en Californie avec ses amis gitans pour libérer le peuple persécuté. Ainsi naît le personnage de Zorro, le justicier masqué. Si l’intrigue est simple, c’est une belle histoire épique, de cape et d’épée, avec un héros, un méchant, des bons sentiments, de l’humour, de la tragédie, de l’amour. Le livret bien construit de Stephen Clark alterne scènes d’action, moments légers et drôles, instants graves et dramatiques. On regrettera néanmoins l’aspect exagérément lyrique et grandiloquent de quelques scènes. L’adaptation française d’Eric Taraud sonne juste et ajoute d’appréciables traits d’humour décalé. Hormis des morceaux de refrains laissés en espagnol, il est amusant d’entendre les tubes des Gipsy Kings (« Bamboléo », « Djobi Djoba », « Baïla me ») avec un texte en français. Dans le contexte de l’histoire, ces chansons prennent une toute autre dimension. Toujours aussi efficaces rythmiquement, elles donnent lieu à des tableaux d’ensemble dynamiques et entraînants avec des chorégraphies gitano-flamenco endiablées de Rafaël Amargo. Une chanson moins connue, »Soy », a été ralentie pour donner le joli et poignant solo de Diego « Un nouvel espoir ». Les autres titres composés spécialement pour Zorro par les Gipsy Kings sont de qualité inégale, des mélodies agréables, parfois prenantes, mais des ballades qui se ressemblent un peu toutes.

Dans un beau décor réaliste, rustique et épuré sur plusieurs niveaux, l’efficace mise en scène de Christopher Renshaw occupe astucieusement l’espace, y compris le proscenium devant le rideau. Une mise en scène riche qui réserve de surprenants effets de magie et d’illusion, des cascades et des combats d’épée virevoltants réglés par Terry King qui devraient certainement gagner en rapidité et synchronisation avec le temps. Les somptueux éclairages créent des ambiances qui font la part belle au clair-obscur et contribuent pour beaucoup à la réussite visuelle du spectacle.

Autre point fort de Zorro : les comédiens, tous bien distribués et crédibles dans leur rôle. Laurent Ban réalise une véritable performance artistique et physique en interprétant trois personnages en un : Diego insouciant au début qui évolue face aux événements, l’héroïque Zorro et le Diego exagérément efféminé pour mieux duper son frère, tout en passant de l‘un à l‘autre en quelques secondes. La pétulante franco-espagnole Géraldine Larrosa incarne une flamboyante et attachante Inez, la reine des gitans, avec beaucoup de générosité et d’énergie. Liza Pastor se montre sincère et émouvante dans le rôle de Luisa, l’amie d’enfance de Diego qui tombe amoureuse de Zorro. Benoît de Gaulejac campe un truculent Sergent Garcia drôle et touchant. Avec son personnage du vieux sage gitan, Georges Beller réussit presque à nous faire oublier le comédien de boulevard. Quant à Yan Duffas, le terrible Ramon, avec sa voix forte et son attitude psychorigide, il donne toute sa violence et sa folie à son personnage.

Grand spectacle de théâtre musical populaire et familial, Zorro n’a pas fini d’enflammer les Folies Bergère. Viva el Zorro !

Articles liés :

High School Musical : le phénomène de retour sur glace !
Prima Donna l'opéra de Rufus Wainwright
Susan Boyle perd la finale
Diva 2010 : Le Journal d'Adam et Eve
Alan Menken dévoile ses prochaines comédies musicales à Broadway
Shadowland par Pilobolus (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , ,

7 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. Je trouve que le spectacle manque de cante flamenco les chanteur on voix qu’il son pas latino a part le musicien de scène lui c est tout simplement captivent et le duo aussi entre Laurent et luisa pour quoi pas un duo a trois avec ce fameux musicien a la voix flamenca

  2. Dolores, apprends juste qu’un duo à trois, ça n’existe pas ! c’est alors un trio.
    Spectacle remarquable, encore plus pour les yeux que pour les oreilles !

  3. Bonjour et joyeux Noël !!! Odete a raison dolores cela s appel un trio ;-)) mais en effet j’ai vu ce jeune homme il dégage un envoutement !!!!!! quel présence quel grain de voix !!!! mes fille ne me parle que de lui bravo !!!!!j espère qu on entendra parler de lui . Je me fait pas trop de souci pour lui avec son charme et sa voix il sera séduire le public ….

  4. Seul un gitan peut avoir autan de charisme je suis sur que ce Juaquin en es un ! Quel présence c est incroyable je suis amoureux de son charme

  5. Je suis allée aux Folies Bergère hier et j’ai admiré un jeune Zorro plein de talent, avec une voix merveilleuse et un jeu de scène superbe.
    Ravie d’avoir vu le remplaçant de Laurent, même si celui ci est titulaire du rôle, je souhaite longue route à sa doublure .

  6. Franchement décevant, on dirait un n°1 des Carpentier. Inès et Ramon sont bien dans leurs rôles, ils se régalent et ça se voit. Les autres… ;o(
    Même Zorro, bien mignon, manque singulièrement de charisme.
    Du musical à la française, quoi.

  7. j adore j adore garcia super et le pirate avec s mandoline et sa voix ma …………………….. il es super sexy en plus?;-)

Laisser un commentaire